Avertir le modérateur

29/09/2006

Guatanamo-Le rapport secret

Faut pas tout demander quand même! mais un morceau que Bush junior à été contraint de rendre public!
C'est un début, un bon début! Le rapport n'est plus secret défense. la prison si! Ha bon! M Grall

medium_6047280_p.jpg


Le 26 septembre, le président Bush a autorisé le directeur national du renseignement, M. John Negroponte, à rendre publics certains passages d'un rapport sur les tendances du terrorisme dans le monde, afin de montrer que les conclusions de cette étude sont beaucoup plus complexes et nuancées que ce qu'en rapportaient les médias.

Ce rapport, intitulé « Tendances du terrorisme mondial : implications pour les Etats-Unis », achevé en avril dernier, analyse les conséquences des mesures antiterroristes dirigées au premier chef par les Etats-Unis, ainsi que la dynamique qui, au sein du monde musulman, affecte ces mesures. Il a fait les manchettes des journaux partout dans le monde lorsqu'une de ses conclusions, liant la guerre en Irak à l'augmentation des capacités de recrutement des djihadistes, a été divulguée à la presse.

Ce document est le produit des analyses de l'ensemble des 16 agences derenseignement du gouvernement américain. Ses conclusions portent sur la nature du mouvement djihadiste mondial, sur son essor, ses stratégies, son rapport avec la guerre en Irak, mais aussi sur les carences gouvernementales dans le monde musulman qui nourrissent le mécontentement, sur la nature des sentiments anti-américains et sur les points faibles éventuels du mouvement.

Dans une série d'interviews accordées les 25 et 26 septembre, la secrétaire d'Etat américaine, Mme Condoleezza Rice, a défendu la politique antiterroriste américaine en faisant notamment valoir que l'essor desactivités djihadistes était prévisible dès lors que les Etats-Unis intensifiaient leurs efforts de lutte.

« Certes, nous sommes passés à l'offensive, et les djihadistes vont alors recruter et faire tout en leur pouvoir pour attirer des gens à leur cause. Et il se peut très bien que dans un premier temps, les gens seront plus nombreux à se joindre à eux, non pas à cause de l'Irak, mais du fait de l'élargissement de la guerre contre le terrorisme et de la manière
agressive dont nous la menons », a déclaré Mme Rice aux éditeurs du New York Times.
« Mais je poserais alors la question, existe-t-il une autre solution ? Allons-nous nous abstenir de faire certaines choses qui, selon nous, nous aideraient à gagner cette guerre pour la seule raison que cela risque d'attirer quelques personnes de plus dans un djihad qui a déjà plein de recrues ? »

En fait, a-t-elle soutenu, Al-Qaïda est prête à utiliser n'importe quel prétexte pour faire la guerre à l'occident et ne manquait pas d'arguments pour justifier son djihad avant même l'invasion de l'Irak par les forces américaines.

=AB Il faut que vous sachiez que, naturellement, Al-Qaïda ne fait aucune distinction entre la guerre en Afghanistan et la guerre en Irak pour son recrutement. Elle a même essayé de tirer parti des éventuelles prises de position à l'égard du Soudan. Il existe donc des quantités d'excuses et d'arguments pour inciter les gens à aller faire la guerre à ce qu'ils appellent les forces occidentales. Ils n'ont pas eu besoin de l'Irak pour cela. Ils nous ont attaqués le 11 septembre 2001 avant que quiconque ait même eu l'idée de renverser Saddam Hussein. =BB

=C0 la Maison-Blanche, le secrétaire de presse, M. Tony Snow, a déclaré, le 27 septembre, que la campagne menée par les Etats-Unis et la coalition contre le terrorisme avait eu pour effet de =AB disperser la menace du terrorisme =BB, laquelle a diminué par rapport au temps o=F9 Al-Qaïda pouvait agir en toute impunité, au point de disposer de bases d'entraînement en Afghanistan sous le régime taliban.

Al-Qaïda « avait non seulement la capacité de rassembler tous ses membres,mais aussi des capacités logistiques. Elle pouvait communiquer impunément partout dans le monde, sans se soucier que quiconque puisse intercepter les appels. Elle avait une capacité opérationnelle qu'elle n'a plus maintenant », a affirmé M. Snow.

En effet, grâce à la guerre antiterroriste, « nous avons coupé ses communications, entravé ses finances, enrayé ses capacités opérationnelles », a-t-il dit.



medium_20060728rice_malayconf_140.jpg

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu