Avertir le modérateur

02/11/2006

L'huître est utile à la préservation de la planète!

medium_87244.jpg




Les modifications sans précédent qui sont survenues au cours des vingt dernières années dans la diversité biologique du milieu naturel coïncident avec l'apparition ou la réapparition de maladies infectieuses aux quatre coins du monde.

Afin de trouver des solutions à ce problème, la Fondation nationale des sciences (NSF) et l'Institut national de la santé (NIH) des États-Unis vont financer huit projets dans le cadre d'un programme interministériel qui reçoit un financement depuis 7 ans, intitulé « L'écologie des maladies infectieuses » (Ecology of Infectious Diseases, ou EID).

Ce programme pourrait conduire à l'élaboration d'une théorie concernant la transmission des maladies, à une meilleure connaissance des conséquences inattendues sur la santé des projets liés au développement, à une meilleure prévision des possibilités de flambées épidémiques et à une meilleure compréhension des phénomènes par lesquels des maladies apparaissent ou réapparaissent.

« Le programme conjoint appuie les initiatives visant à mieux comprendre les mécanismes écologiques et biologiques qui gouvernent les liens entre les changements survenant dans l'environnement des hommes et la
transmission des maladies infectieuses », a dit M. Samuel Scheiner, responsable du programme pour la NSF.

Les projets financés dans le cadre de ce programme étudieront la façon dont des événements écologiques de vaste portée, tels la destruction des habitats, les invasions biologiques et la pollution, modifient les risques
d'apparition chez l'homme et l'animal de maladies virales, parasitiques et bactériennes.

Jusqu'ici, les recherches se penchaient uniquement sur les maladies une fois qu'elles touchaient l'homme ou uniquement lorsqu'elles faisaient leur apparition dans le domaine animal.

Selon les scientifiques attachés à l'EID, les connaissances et les outils analytiques provenant des recherches permettront aux responsables de la santé publique, aux spécialistes de la faune et aux agriculteurs, entre
autres, de contrôler la propagation des maladies parmi les hommes, les animaux sauvages et domestiques et les récoltes.

Mieux comprendre les effets des migrations des oiseaux et des changements dus à l'homme sur l'incidence et les risques en matière de grippe aviaire, prévoir comment est transmis le virus du Nil occidental dans diverses
régions et comprendre les mécanismes changeants de la transmission du paludisme et d'autres maladies en Papouasie-Nouvelle-Guinée figurent parmi les projets financés en 2006.

La résistance aux maladies de certains animaux vivant dans les estuaires, notamment les huîtres, et les réactions aux changements climatiques seront aussi étudiées, ainsi que la mort soudaine des chênes, les liens qui existent entre pathogènes, hôtes et environnements et les effets des changements environnementaux sur la façon dont les parasites passent chez l'homme, les invertébrés et les voies écologiques.

Le fait que des changements écologiques de grande échelle coïncident avec l'apparition de maladies infectieuses pourrait indiquer l'existence d'un lien à la fois sous-jacent et prévisible. Il n'empêche, a fait valoir M. Scheiner, que la recherche appliquée dans le domaine de l'écologie des maladies infectieuses ne s'est faite jusqu'ici que par à-coups.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu