Avertir le modérateur

06/12/2006

Appui de la lutte africaine contre la grippe aviaire

Bien sur il s"agit d'une propagande de l'USAID mais!


Appui de la lutte africaine contre la grippe aviaire
Document du gouvernement des États-Unis
On trouvera ci-après une note analytique sur les mesures prises par les États-Unis à l'appui des programmes africains de lutte contre la grippe aviaire et la pandémie grippale.
(Début de la fiche analytique)
L'action des États-Unis à l'appui des programmes africains de lutte contre la grippe aviaire et la pandémie grippale.
Depuis l'apparition en Afrique du premier foyer de grippe aviaire hautement pathogène (GAHP) H5N1, au début de 2006, au Nigeria, la maladie s'est propagée en Égypte, à Djibouti, au Soudan, au Niger, au Burkina Faso, en Côte d'Ivoire et au Cameroun. À la fin novembre 2006, 15 cas de grippe humaine, dont 7 mortels, avaient été annoncés en Égypte, et 1 cas non mortel à Djibouti. Des millions d'oiseaux étaient morts ou avaient été infectés, entraînant des perturbations sociales et économiques ayant des répercussions sur l'approvisionnement alimentaire et le revenu de nombreux Africains.
Afin d'aider l'Afrique à réagir lors de la découverte de nouveaux foyers et à se préparer à une éventuelle pandémie humaine, les États-Unis soutiennent ses efforts par le biais de programmes bilatéraux et régionaux. En 2006, ils ont consacré 33,45 millions de dollars à des programmes bilatéraux et régionaux en Afrique du Nord et subsaharienne. À la mi-novembre 2006 :
- 21,1 millions de dollars ont été engagés au titre de l'aide bilatérale à 25 pays africains ;
- 2,5 millions de dollars ont été alloués aux programmes régionaux d'assistance ;
- 8,85 millions de dollars sont allés soutenir des centres régionaux de détection de la maladie, en Égypte et au Kenya ;
- 2,2 millions de dollars ont été versés à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour financer ses activités en Afrique.
Les États-Unis octroient une assistance bilatérale de nature diverse à l'Afrique du Sud, l'Angola, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, Djibouti, l'Égypte, l'Éthiopie, le Ghana, le Kenya, la Libye, le Malawi, le Mali, le Maroc, le Mozambique, le Niger, le Nigeria, l'Ouganda, la République démocratique du Congo, la République du Congo, le Rwanda, le Sénégal, le Soudan et la Tanzanie. Ils soutiennent également financièrement les activités africaines de l'OMS, de la FAO, de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et des organisations régionales de santé animale.
Les activités de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), du ministère de l'agriculture (USDA), du ministère de la santé et des services sociaux (HHS), notamment son Centre d'épidémiologie (CDC), du département d'État (DOS) et du Bureau de la diffusion internationale (IBB) se sont concentrées sur le renforcement de la préparation et de la planification des réactions, sur le développement des capacités de l'Afrique dans le domaine de la santé humaine et animale, sur l'amélioration des diagnostics des laboratoires, sur la sensibilisation du public et sur l'amélioration de la surveillance sanitaire.
Préparation et communication
Les mesures mises en œuvre par les États-Unis pour aider l'Afrique dans ces domaines sont les suivantes :
- l'octroi de fonds au gouvernement du Mali afin de l'aider à accueillir la conférence internationale sur la grippe aviaire qui se tiendra à Bamako en décembre 2006,
- le déploiement de conseillers sur la grippe aviaire en Afrique (USAID),
- la désignation d'experts chargés d'offrir une assistance technique à l'Afrique bilatéralement et par l'entremise de la FAO (USDA),
- l'octroi d'une assistance à la coordination régionale, aux échanges techniques et à l'élaboration d'une stratégie en Afrique de l'Ouest dans le cadre de la réunion des ministres et des experts techniques de la CEDEAO tenue à Abuja (Nigeria) en juin 2006 (USAID),
- la réalisation de simulations en miniature relatives à la préparation à une pandémie à Madagascar et au Rwanda (USAID), et aux programmes sénégalais de lutte contre la GAHP (USDA),
- la promotion du modèle de partenariat public-privé afférent à la réglementation et à l'endiguement de maladies animales par l'assistance de responsables africains aux réunions de l'Association de santé animale des États-Unis et par la participation au Plan national d'amélioration de la volaille des États-Unis (USDA),
- l'orchestration d'activités de communication des risques dans 12 pays africains (USAID),
- l'organisation d'une formation à la communication des risques pour les épidémiologistes, les spécialistes de la communication et le personnel de laboratoire (HHS/CDC),
- la fourniture d'un expert technique et de fonds aux activités de l'OMS en Afrique, notamment pour sa réunion en février 2007 au Caire sur les communications en cas de pandémie (HHS),
- l'élaboration d'un programme pilote d'essai de techniques d'information et de communication, en vue de déterminer les moyens les plus efficaces de diffuser au Kenya des informations immédiates aux agents sanitaires et au personnel de clinique, ainsi qu'à la population (HHS/CDC),
- l'exécution de recherches en matière de comportement sanitaire au Kenya, en vue d'aider le ministère de la santé et l'UNICEF/Kenya à mettre au point des documents de communication des risques (HHS/CDC),
- l'octroi d'une aide aux ministères nigérians de l'information, de la santé et de l'agriculture aux fins de l'administration de sondages et de l'essai de messages devant servir à l'élaboration de guides sur la communication des risques, ainsi que de l'essai d'un manuel d'information à l'usage des écoliers nigérians (HHS/CDC),
- la fourniture d'informations sur la grippe aviaire aux journalistes africains par le biais d'ateliers médiatiques (DOS, IBB, HHS/CDC),
- l'augmentation de la diffusion d'informations sur le virus (DOS, IBB),
- enfin, la distribution de 30.000 trousses d'information sur la grippe aviaire à des gouvernements et à des organisations non gouvernementales d'Afrique, afin de mieux diffuser l'information de base sur cette maladie et sur les méthodes de prévention (USAID).
Surveillance et détection
Les mesures prises par les États-Unis en faveur de l'Afrique dans ce domaine comprennent les suivantes :
- l'expansion des capacités de veille sanitaire et de réaction en Afrique par le truchement des Centres mondiaux de détection des maladies et d'intervention au Kenya et en Égypte, soutien aux laboratoires NAMRU-3 au Caire, et la coopération avec les laboratoires de l'Institut Pasteur situés en Afrique (HHS/CDC),
- la formation de personnel de laboratoire et d'épidémiologistes de 14 pays africains aux méthodes de laboratoire et de surveillance (HHS/CDC),
- l'organisation, au Nigeria, d'un atelier sur les techniques de surveillance sanitaire et la gestion des données épidémiologiques (USDA),
- la formation de responsables publics, de vétérinaires, d'épidémiologistes et de diagnosticiens de laboratoire de 32 pays africains (USDA),
- enfin, l'envoi de trousses de dépistage rapide à 6 pays (USDA).
Réaction et endiguement
Afin d'aider l'Afrique à prendre des mesures de réaction et d'endiguement face à l'apparition de foyers de grippe aviaire, les États-Unis ont entrepris les actions suivantes :
- l'expansion de la capacité de lutte contre les infections en Afrique (HHS/CDC),
- l'octroi de plus de 4 millions de dollars à la FAO et à l'OIE au titre du Centre d'urgence pour la lutte contre les maladies animales transfrontières afin de les aider à mettre en place un mécanisme intégré de réaction sanitaire, tant pour l'homme que pour l'animal, et de soutenir des missions multilatérales de réaction rapide en Afrique (USDA, USAID).
- la prestation d'une formation au travail d'équipe pour des actions rapides et intégrées à l'intention des épidémiologistes, des vétérinaires, du personnel de laboratoire, des spécialistes en communication et des experts en matière de lutte contre l'infection dans 16 pays d'Afrique (HHS/CDC),
- l'envoi de près de 32.000 équipements de protection personnelle et autre matériel, notamment des trousses de décontamination, aux pays africains afin de leur permettre d'enquêter sur les nouveaux foyers d'infection, de prélever et d'expédier des échantillons et de réagir à la découverte de nouveaux foyers (USAID),
- la fourniture d'une assistance technique au Nigeria, au Soudan et à d'autres pays, selon les besoins, afin de contribuer aux mesures d'endiguement de la maladie (HHS/CDC),
- enfin, l'expédition de matériel de diagnostic, de réactifs, de tests de détection rapide, de trousses de nettoyage et de désinfection et d'autres équipements à des laboratoires en Côte d'Ivoire, en Égypte, au Kenya et au Sénégal (USDA).


Grippe aviaire et pandémie grippale :
On trouvera ci-après une note documentaire sur les mesures prises par l'Agence des États-Unis pour le développement international à l'appui des programmes de lutte contre la grippe aviaire et la pandémie grippale à l'étranger.
(Début de la fiche analytique)
USAID
Grippe aviaire et pandémie grippale : l'action de l'USAID
Mise à jour : 20 novembre 2006
L'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) reconnaît la grippe aviaire H5N1 comme une menace non seulement en matière de santé publique mais aussi pour la stabilité et le développement économiques des pays touchés. L'USAID est pleinement engagée dans la ligne d'action du gouvernement américain face à cette menace. Elle a fait de l'endiguement du virus chez les animaux et de la limitation de sa propagation chez les êtres humains un objectif de première priorité et œuvre en étroite collaboration avec ses partenaires internationaux et du secteur privé, notamment l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), afin d'organiser une riposte bien coordonnée et stratégiquement judicieuse à cette menace mondiale.
Le financement par l'USAID des activités de lutte contre la grippe aviaire
L'USAID apporte son assistance aux activités relatives à la grippe aviaire dans 53 pays et s'emploie, en collaboration avec d'autres organes fédéraux des États-Unis, avec des partenaires internationaux et du secteur privé ainsi qu'avec des gouvernements étrangers, à appuyer divers programmes administrés par des instances régionales, des missions de l'USAID, des organisations non gouvernementales (ONG) et des organisations internationales. Dans le cadre principalement de dons et de programmes d'assistance technique, l'USAID a affecté plus de 191 millions de dollars à la lutte contre la grippe aviaire et à la préparation à une pandémie à l'étranger.
Sur ce montant, 14 millions et 23 millions de dollars respectivement vont à des activités menées en association avec l'OMS et la FAO, qui sont des partenaires majeurs de l'USAID à cet égard, tandis que 78 millions de dollars vont à des activités visant les pays touchés par le virus. Sur ces 78 millions de dollars, 46 millions sont destinés à l'Asie et au Proche-Orient, 19 millions à l'Europe et l'Eurasie, 11 millions à l'Afrique et 2 millions à l'Amérique latine et au bassin caraïbe. En outre, l'USAID administre des stocks de matériel d'une valeur de 56 millions de dollars comprenant des articles essentiels tels que des équipements de protection personnelle (EPP) pour les agents chargés de la surveillance et les premiers intervenants, des trousses de décontamination et du matériel de prélèvement.
Les principales actions de l'USAID à ce jour contre la grippe aviaire
À l'appui des pays qui présentent un risque de flambée de grippe aviaire, l'USAID fournit une aide dans cinq domaines essentiels : planification et préparation, surveillance et détection de foyers, communication, stockage de matériel et mesures d'urgence en cas de flambée.
Planification et préparation : l'USAID appuie les efforts nationaux de planification et de préparation relatifs à la lutte contre la grippe aviaire et aux mesures à prendre en cas de flambée dans chacune des régions qu'elle dessert. En collaboration avec l'OMS, la FAO et d'autres partenaires, l'USAID collabore avec les gouvernements à la mise en place et au soutien de groupes d'intervention et de plans de préparation dans 53 pays. De plus, l'USAID s'emploie avec l'OMS et la FAO à mener des simulations de préparation nationale afin d'en déceler les faiblesses et les points qui méritent davantage d'attention.
Surveillance et détection des foyers : l'USAID appuie les efforts de surveillance de la grippe chez les animaux et les hommes en Asie et au Proche-Orient, en Europe et en Eurasie, en Afrique, en Amérique latine et dans le bassin caraïbe et elle travaille avec les gouvernements, les ONG et les partenaires internationaux et du secteur privé à renforcer l'aptitude des pays touchés à détecter rapidement le H5N1 chez les animaux comme chez les êtres humains. Les information obtenues grâce à cette surveillance sont transmises par les réseaux locaux d'alerte rapide. En Indonésie, l'USAID soutient l'application d'une méthode de surveillance centrée sur la collectivité, visant à former des équipes locales à se rendre régulièrement dans des villages pour effectuer des prélèvements et pour recueillir d'autres données essentielles de surveillance. L'USAID travaille aussi avec ses partenaires, dans le cadre du Réseau mondial de surveillance de la grippe aviaire, à accroître la surveillance mondiale des migrations d'oiseaux sauvages afin de mieux suivre le déplacement du virus H5N1, d'identifier ses modifications génétiques et d'améliorer la détection rapide de ses mutations susceptibles de poser des dangers pour les êtres humains.
Communication : l'USAID appuie des activités de communication et d'information dans 37 pays. Les activités des médias et d'autres moyens de communication en milieu rural sensibilisent la population et favorisent des comportements qui contribuent à réduire les risques de transmission de la maladie. Au Laos et au Cambodge, l'USAID a créé le personnage de dessin animé Superpoulet. Au moyen d'émissions télévisées, de pièces de théâtre et d'autres manifestations publiques, Superpoulet diffuse des messages de réduction des risques à la population. L'USAID veille également avec ses partenaires à mettre au point des stratégies et des campagnes de communication adaptées aux régions et appuie la formation de journalistes sur la manière de présenter les informations relatives à la grippe aviaire.
Stockage : depuis janvier 2006, l'USAID a réalisé le stockage de 1,5 million d'équipements de protection personnelle (EPP), de 100 trousses de laboratoire et de 15.000 trousses de décontamination. Plus de 200.000 EPP ont été distribués dans 71 pays à l'usage des intervenants sur le terrain, notamment les responsables de la surveillance et les équipes de réaction aux flambées. L'USAID appuie la formation des premiers intervenants dans les pays touchés sur la manière d'utiliser les EPP, de recueillir et d'expédier les prélèvements, de détecter la maladie à l'aide de matériel de laboratoire amélioré et de réagir rapidement aux flambées. En prévision de nouveaux foyers, l'USAID stocke des EPP, des trousses de décontamination et des trousses de laboratoire dans 20 pays.
Mesures d'urgence en cas de flambée : l'USAID travaille avec ses partenaires à seconder les activités de lutte contre le H5N1 à travers le monde. S'agissant des animaux, les activités dans 25 pays comprennent la promotion de méthodes sûres de destruction et d'élimination et l'amélioration des pratiques de biosécurité dans les poulaillers. En ce qui concerne les êtres humains, l'aide qu'apporte l'USAID à 19 pays comprend la distribution d'articles tels que du matériel de diagnostic, des cours de formation destinés à améliorer la gestion des cas de maladie et la lutte contre les infections dans les centres de soins, et une assistance visant à la mise au point de normes professionnelles dans les établissements sanitaires aux niveaux central et périphérique.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu