Avertir le modérateur

23/12/2006

Sarkozy , et Re- pan dans les dents

Allez savoir pourquoi je l'aime ma Condy! Oublions l’impair du début de son mandat lorsqu’ appela Bush (Son Mari)! Elle ne le refera plus!

medium_20060728_rice_indo_140.jpg

Hein quelle est belle!
Comme une marine de liberté !
Parce que derrière cette emphase presque libertaire ne se dissimule pas du tout le commerce de l'internet!
Les Etats-Unis détiennent tous les logiciels tous les matériels et tous les services de l'internet.
Pour ma Condy la liberté est un prix dont les « benefits » sont largement supérieurs !

Le Groupe de travail sur la liberté de l'Internet dans le monde
Note d'information du département d'État sur la stratégie de ce groupe de
travail.

Département d'État des Etats-Unis - Washington Le 20 décembre 2006

Note d'information
La stratégie du Groupe de travail sur la liberté de l'Internet dans le
monde

La secrétaire d'État, Mme Condoleezza Rice, a créé le Groupe de travail sur
la liberté de l'Internet dans le monde le 14 février 2006, en tant que
groupe de coordination du département d'État chargé de faire face aux
obstacles à la liberté d'expression et à la libre circulation de
l'information sur l'Internet. Les principaux objectifs de ce groupe sont
d'optimiser la liberté d'expression et la libre circulation des
informations et des idées, de minimiser le succès des États répressifs en
ce qui concerne la censure et la prohibition des débats, ainsi que de
faciliter l'accès à l'information et aux idées diffusées sur l'Internet.
Nous appelons la liberté d'expression sur l'Internet la liberté de
l'Internet. Depuis sa création en février 2006, le groupe de travail a
élaboré une stratégie robuste et d'envergure mondiale qui vise à surveiller
les atteintes à la liberté de l'Internet et à y faire face ainsi qu'à
accroître l'accès à l'Internet. En exécutant cette stratégie, le
département d'État coordonne son action avec les autres ministères et
organismes fédéraux, avec le Conseil de la sécurité nationale et le Conseil
économique national.

Cette stratégie comprend trois volets prioritaires.

Surveiller la liberté de l'Internet dans les pays du monde entier

- La mise en lumière des violations de la liberté de l'Internet : nous
accroîtrons la surveillance de ces violations et nous donnerons plus
d'informations sur la liberté d'expression et sur la libre circulation de
l'information sur l'Internet dans notre rapport annuel sur les droits de
l'homme.

- Les rapports périodiques : les ambassades accroîtront leurs rapports
périodiques sur les incidents relatifs à la liberté de l'Internet de
manière à ce que nous puissions réagir promptement dès qu'un problème
surgit.

Faire face aux obstacles à la liberté de l'Internet

- Les protestations face aux violations et la sensibilisation à ce problème
: lorsque nous aurons connaissance de graves incidents en matière de
répression, nous exprimerons notre préoccupation sans délai et directement
au gouvernement étranger impliqué.

- La persuasion soutenue lors de réunions avec des représentants de pays
étrangers : nous sommes résolus à souligner la nécessité de la liberté de
l'Internet lors de dialogues officiels avec d'autres pays, en particulier
ceux où cette liberté est menacée.

- La coordination avec les partenaires étrangers : nous ouvrerons de
concert avec des États en vue d'encourager la liberté de l'Internet et
d'inciter d'autres États à s'acquitter de leurs obligations internationales
relatives à la liberté d'expression et à la libre circulation de
l'information et des idées.

- Le maintien et l'élargissement des engagements en faveur de la liberté de
l'Internet dans le cadre d'organisations multilatérales : nous nous
emploierons à veiller à ce que les engagements internationaux existants en
matière de liberté d'expression et de libre circulation de l'information
soient respectés et renouvelés dans le cadre des institutions
internationales compétentes en la matière.

- La collaboration avec les intéressés : nous nous tenons prêts à
entretenir des rapports avec le secteur des technologies, avec des
organisations non gouvernementales ainsi qu'avec d'autres intéressés en vue
d'élaborer des principes communs destinés à guider les activités du secteur
privé dans les pays dont la réglementation est restrictive.

Promouvoir la liberté de l'Internet en élargissant l'accès à l'Internet

- L'élargissement de l'accès dans les pays en développement : à l'aide de
divers programmes fédéraux (notamment des projets de l'Agence des
États-Unis pour le développement international et le programme sur les
télécommunications) et de partenariats entre le secteur public et le
secteur privé (l'Initiative en faveur de la liberté numérique), le
gouvernement des États-Unis encourage l'élargissement de l'accès à
l'Internet et l'introduction des technologies de l'information et de la
communication dans les pays en développement. Depuis 2004, il a consacré
plus de 250 millions de dollars à des projets qui portent sur la mise en
place de l'infrastructure nécessaire aux télécommunications, sur l'accès à
l'Internet, sur la fourniture d'ordinateurs et d'autre matériel
informatique ainsi que sur l'apport d'un soutien destiné à faciliter la
réforme de la réglementation en la matière de manière à garantir la mise en
place d'une infrastructure durable. Ces projets comprennent aussi la
création de sites et de bases de données et la formation en matière de
technologies de l'information et de la communication.

- Les utilisateurs : lorsque les circonstances s'y prêteront, le
gouvernement des États-Unis financera la fourniture d'informations non
filtrées aux habitants de pays où règne la censure.

- L'aide financière : la direction de la démocratie, des droits de l'homme
et du travail du département d'État a annoncé la création d'un programme
d'aide financière doté de 500.000 dollars et destiné à financer des projets
novateurs et des méthodes de pointe pour lutter contre la censure de
l'Internet dans les pays qui cherchent à limiter les droits fondamentaux de
l'homme, tels que la liberté d'expression.

La liberté d'expression est un droit universel

Le droit à la liberté d'expression figure tant dans la Déclaration
universelle des droits de l'homme que dans le Pacte international sur les
droits civils et politiques. Ce droit comprend, avec des exceptions
limitées, la liberté de chercher, de recevoir et de transmettre des
informations et des idées, sans tenir compte des frontières. Le cadre
international fournit par ces deux documents s'applique aussi bien à la
communication sur l'Internet qu'autres autres formes de communication.

Alors que le droit international prévoit des restrictions limitées en ce
qui concerne la liberté d'expression, dans des circonstances définies
étroitement à des fins légitimes d'intérêt public telles que la protection
de « la sécurité nationale » ou « l'ordre public », les régimes répressifs
emploient abusivement ces exceptions pour censurer les moyens d'expression
relatifs à la démocratie et aux droits de l'homme et pour empêcher tout
dissentiment.

(Fin du texte)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu