Avertir le modérateur

16/01/2007

Pause dans la guerre et les guerres!

Proposé par martingrall

Les démocrates ne valident pas la politique expansionniste de l'administration Bush.
En dehors de la bonne nouvelle, comment faire pour administrer l'Irak malgré tout.

medium_09b.jpg
N-Y - Les réactions immédiates des membres du Congrès à la nouvelle stratégie énoncée par le président Bush sur l'Irak, et notamment à l'envoi de 21.500 soldats supplémentaires ont été des plus diverses, allant du rejet absolu à l'acceptation enthousiaste.

Selon le nouveau plan du président, davantage de forces américaines travailleront aux côtés des unités irakiennes pour rétablir et ensuite maintenir l'ordre dans les quartiers difficiles de Bagdad ; 4.000 soldats américains seront déployés dans la province névralgique d'Anbar pour y contrecarrer les opérations terroristes ; la collaboration militaire générale américano-irakienne s'accroîtra ; enfin, la formation et l'équipement des forces irakiennes seront accélérés.

Le lendemain de l'allocution télévisée de M. Bush annonçant ces mesures, la secrétaire d'État, Mme Condoleezza Rice, a déclaré lors d'une déposition devant la commission sénatoriale des relations étrangères : « La nouvelle voie que le président Bush a esquissée hier soir nous oblige à faire les choses d'une façon nouvelle. Le fait le plus important est que les Irakiens ont élaboré leur propre stratégie et que nous serons là pour les appuyer. »

Le sénateur démocrate de l'Illinois, M. Dick Durbin, a répondu en soulignant son désaccord avec les idées de M. Bush : « L'escalade de la guerre en Irak n'est pas le changement que le peuple américain avait réclamé lors de la dernière élection (de novembre 2006). Au lieu d'une nouvelle direction, le plan du président renvoie l'engagement américain en Irak dans la mauvaise direction. »

Et d'ajouter : « Vingt mille soldats américains, ce n'est pas assez pour mater cette guerre civile en Irak, et c'est trop de vies américaines à risquer au-delà de celles que nous avons déjà perdues (...) Il est temps d'engager le redéploiement ordonné de nos troupes afin qu'elles puissent bientôt rentrer chez elles. »

Le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, M. Tom Lantos (démocrate de Californie), a fait écho aux propos de M. Durbin, déclarant : « Je suis opposé à ces renforts qui constituent la pièce maîtresse du plan du président. C'est le gâchis total en Irak et ce n'est pas l'envoi de forces supplémentaires qui va arranger les choses. »

Mais les sénateurs Joe Lieberman (indépendant du Connecticut) et Lindsey Graham (républicain de Caroline du Sud), tous deux partisans déclarés d'une augmentation des effectifs, ont déclaré, dans une lettre adressée le 8 janvier au président Bush : « Se retirer du combat signifie la défaite assurée. C'est une voie qu'il faut se garder d'adopter. Nous vous encourageons vivement à envoyer de nouvelles forces américaines en Irak pour y améliorer la sécurité sur le terrain. Depuis trop longtemps nous n'avons pas eu assez de troupes en Irak pour y assurer l'ordre. Il est temps de corriger cette erreur. »

Immédiatement après l'allocution du président le 10 janvier, M. Lieberman a déclaré : « Je salue le président pour avoir rejeté la fatalité de l'échec et pour s'être engagé dans une nouvelle voie destinée au succès en Irak. Il n'existe pas de décision plus difficile pour un président que celle d'envoyer nos soldats et nos patriotes les plus courageux au devant du danger. »

De son côté, la présidente de la Chambre des représentants, Mme Nancy Pelosi (démocrate de Californie), adversaire ardente de la position du président Bush, a diffusé avec d'autres chefs de file du Congrès une déclaration d'opposition à la nouvelle stratégie :

« Nous souhaitons tous, certes, un État irakien stable et pacifique, mais de nombreux chefs militaires, tant actuels que passés, ont clairement fait savoir que l'envoi de nouvelles troupes de combat américaines ne ferait pas avancer cet objectif. »

Plutôt que d'accroître l'engagement militaire des États-Unis en Irak, la direction démocrate du Congrès suggère une nouvelle stratégie impliquant « le redéploiement par étapes de nos forces au cours des quatre à six prochains mois et l'application d'une stratégie diplomatique musclée, tant au sein de la région qu'au-delà, qui reflète l'obligation dans laquelle se trouve la communauté internationale d'aider à stabiliser l'Irak ».

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu