Avertir le modérateur

07/04/2007

Tiens on ne dit plus noir mais MOKA pour être socialement correct.

Les droits de l'homme en Afrique, bien sur, oui il faudra y penser, un après-midi devant un moka, on ne boit plus un petit noir. Au Darfour d'ailleurs il n'y en a plus guère. Chez les Magyars sarkozystes qui ethniquement se composait principalement de Sicules venus de Transylvanie. Comme Dracula.

Bon les droits de l'Homme.
Proposé par martingrall

medium_360px-Africa_satellite_plane.jpg


Rapport sur le soutien aux droits de l'homme : résumé sur l'Afrique
(Extrait du Rapport du département d'État publié le 5 avril) (1490)

On trouvera ci-après un extrait du Rapport sur le soutien aux droits de
l'homme et à la démocratie : le bilan des États-Unis pour 2006, se
rapportant à l'Afrique

(Début du texte)

Département d'État
Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et du travail
5 avril 2007

Rapport sur le soutien aux droits de l'homme et à la démocratie : le bilan
des États-Unis pour 2006

Résumé sur l'Afrique

De nombreux pays africains ont fait d'importants progrès sur la voie de la
démocratie, faisant naître un nouvel espoir dans la région. La République
démocratique du Congo (RDC) a tenu ses premières élections présidentielles
démocratiques et crédibles en plus de quarante ans, et des élections
démocratiques au Bénin, à Madagascar et en Mauritanie ont fait renaître
l'optimisme dans la région. Tandis que les pays évoluaient en direction
d'une administration plus démocratique, l'assistance des États-Unis était
concentrée sur l'établissement de la pluralité politique, l'inscription des
électeurs et la surveillance des élections. En Ouganda, les États-Unis ont
soutenu la décision des Ougandais d'adopter un système politique
multipartite en finançant des programmes qui accroissent la participation
des électeurs et le pluralisme politique et améliorent la gestion des
élections présidentielles et parlementaires.

Il n'en reste pas moins que les réformes démocratiques
d'institutionnalisation ont continué à poser des problèmes majeurs dans
l'ensemble du continent.

Les principaux obstacles aux droits de l'homme, notamment les conflits
armés, ont persisté à travers le continent. Au Tchad, en Côte d'Ivoire, en
République centrafricaine (RCA), en République démocratique du Congo (RDC),
en Somalie, au Soudan et en Ouganda, les priorités des États-Unis
comprenaient la fin de la violence qui menace tant de vies humaines et de
modes de subsistance, la protection des populations vulnérables contre de
nouvelles souffrances et l'instauration de la paix et de la stabilité dans
la région. En juin, la Gambie a cessé de pouvoir prétendre à l'assistance
de la Société du Compte du millénaire, organisme public des États-Unis qui
fournit une assistance ciblée aux pays en voie de développement, après que
ce pays eut porté atteinte aux libertés publiques et à la liberté de la
presse au printemps, à la suite d'un coup d'État manqué.

En dépit de la signature, le 5 mai, de l'Accord de paix au Darfour, le
génocide s'est poursuivi au Darfour. En 2006, les États-Unis ont pris la
tête des efforts diplomatiques et humanitaires de la communauté
internationale dans le but de mettre fin à la violence et de protéger la
vie de millions de civils innocents grâce à des négociations de paix, à des
mesures au Conseil de sécurité des Nations unies ainsi qu'à la promotion et
au soutien énergique d'une solide force internationale de maintien de la
paix au Darfour. Les États-Unis ont continué à être le plus gros donateur
d'assistance humanitaire au Soudan.

Au Zimbabwe, où le parti au pouvoir a continué à exercer son monopole sur
l'exécutif, les États-Unis ont encouragé les efforts du Parlement, du
pouvoir judiciaire et des gouvernements locaux en faveur d'une certaine
indépendance. Un programme financé par les États-Unis pour renforcer les
commissions parlementaires a aidé à élargir le débat, à la fois dans
l'opposition et chez les membres du parti au pouvoir partisans de réformes,
et encouragé une plus grande transparence grâce à des audiences publiques
sur la législation. Les programmes américains ont également fourni une
formation nécessaire aux dirigeants gouvernementaux locaux dans
l'infrastructure publique récemment reconstituée en Sierra Leone, aidant
les conseils municipaux et de district à assumer de plus grandes
responsabilités pour la solution des problèmes d'administration locale,
notamment les services médicaux et agricoles, tandis que le gouvernement
central continuait à se développer.

Une société civile dynamique et engagée est, à long terme, la meilleure
garantie de stabilité démocratique.

À travers l'Afrique, les États-Unis se sont employés à renforcer
l'éducation civique dans les communautés, à soutenir le développement de la
société civile, notamment les organisations non gouvernementales (ONG)
naissantes et les mouvements syndicaux, et à diversifier les sources
d'information à la disposition des communautés. Par exemple, des dons des
États-Unis ont soutenu les ONG locales qui sensibilisaient les communautés
aux droits de l'homme, au VIH/sida, à la réconciliation et au renforcement
de la paix à travers le Liberia.

Les programmes américains ont encouragé des médias libres, économiquement
stables et conscients de leurs responsabilités sociales dans la région. Des
journalistes africains ont participé à des visites aux États-Unis dans le
cadre de programmes d'échange professionnel. En RDC, les États-Unis ont
organisé douze ateliers et un cours d'Internet pour aider près de 500
journalistes à améliorer leurs reportages politiques. Des programmes
financés par les États-Unis ont aussi encouragé la libre circulation
d'informations indépendantes et objectives au Zimbabwe, au Tchad, au
Burundi, en Mauritanie, au Liberia, en Gambie, en Sierra Leone et en
Éthiopie.

Face à la corruption qui continuait à sévir dans de nombreux pays de la
région, les États-Unis ont fait de la mise en place de systèmes juridiques
modernes, efficaces et transparents une priorité de leur assistance à
l'Afrique. Au Tchad, ils ont fourni une assistance technique au Collège de
contrôle et de surveillance des revenus pétroliers, pour promouvoir la
responsabilisation dans les projets financés par les revenus du pétrole, et
financé un atelier de formation sur le budget à l'intention des
parlementaires.

Les États-Unis ont également soutenu financièrement des mesures
anti-corruption en Zambie, au Tchad, au Liberia et en Gambie,

Le soutien par les États-Unis des mesures de protection des droits de
l'homme, notamment les droits de la femme, des minorités et des handicapés,
répondait aux revendications croissantes en faveur de la liberté
personnelle et politique exprimées dans la région. Le Swaziland a adopté sa
première constitution en 32 ans, qui établissait un pouvoir judiciaire
indépendant et donnait des droits égaux aux femmes, bien que les habitants
de ce pays n'aient pas encore obtenu sa pleine application. Les États-Unis
se sont employés à travers la région à améliorer la prise de conscience des
principes des droits de l'homme dans l'armée et dans la police, à améliorer
les conditions dans les prisons, à renseigner les femmes et les membres de
minorités sur leurs droits juridiques et à établir des liens entre les
organisations de défense des droits de l'homme.

En Ouganda, les États-Unis ont soutenu un vaste projet visant à améliorer
les droits et la condition de la femme, qui comprenait des séances de
conseils entre les membres féminins du parlement et plus de 300 candidates
éventuelles à des postes locaux et nationaux.

La diversité de l'expression religieuse en Afrique fournit un modèle unique
de tolérance entre confessions et entre ethnies.

Dans de nombreux pays ayant une importante population musulmane, une
réunion interconfessionnelle marquant le mois saint du ramadan est devenue
un événement annuel dans les ambassades. Les États-Unis ont encouragé la
liberté religieuse par des discours et des réunions à des occasions telles
que les dîners d'iftar, pour favoriser un dialogue avec les dirigeants
musulmans de divers pays africains.

Au Nigeria, les États-Unis travaillent activement à la solution des
problèmes de violence interconfessionnelle et des limites à la liberté de
religion, organisant des rencontres avec les chefs politiques et religieux,
au niveau national comme au niveau local, pour mieux comprendre les
tensions qui existent.

À travers l'Afrique, les États-Unis ont consacré d'importantes ressources à
la prévention de la traite des personnes et de toute une série de
violations des droits des travailleurs. Ces programmes ont fourni des
possibilités d'éducation et de formation professionnelle aux jeunes en
danger, élargi la coopération entre les services de police et aidé les
victimes à réintégrer leurs communautés. Par exemple, les États-Unis ont
financé un programme de prise de conscience de la traite des personnes à
travers la frontière entre le Liberia et la Sierra Leone et continué à
accroitre les possibilités d'éducation de près de 10.000 enfants qui
étaient employés, ou risquaient de l'être, dans les pires formes de travail
des enfants. Le Kenya, l'Angola, la RDC, le Zimbabwe et la Guinée, entre
autres, ont également reçu de l'aide des États-Unis pour des programmes de
protection des droits de l'homme, y compris des initiatives pour combattre
la violence sexuelle et les mauvais traitements réservés aux femmes.

Les pays qui ont un gouvernement responsable et qui respectent la liberté
politique et économique et les droits de l'homme jouissent d'un important
avantage pour assurer à leur population la prospérité, la santé et
l'instruction. Ce n'est pas par hasard que les conflits, le chaos, les
gouvernements corrompus et tyranniques coexistent souvent avec les crises
humanitaires. Les États-Unis vont continuer à promouvoir la démocratie et
les droits de l'homme en Afrique pour aider les pays du continent à
continuer à poser les bases de la paix, de la sécurité et de la stabilité.

(Fin du texte)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu