Avertir le modérateur

11/04/2007

L’imagination au pouvoir ! Davantage que l’application du désastre par l’ignorance.

En politique l’imagination est le seul pouvoir écologique acceptable dans une science ou rien n’est acquis, rien ne peut et ne pourra jamais se modéliser. L’imagination au pouvoir tiens donc. Chiche.
Parce que le monde doit se préparer aux changements climatiques qui ont déjà des conséquences à l'échelle mondiale. Nous devons tous nous nous y apprêter et travailler à réduire et annuler les effets préjudiciables à l’intérêt de chacun.
Ors. Et tous nos politiques font campagne dans la France superficielle pour contrarier la réalité des Français, les virer de leurs mandats de représentants insignifiants et démagogues. Toutes et tous, moules accrochées au bastingage du rocher parigot, à radoter d’une même voix « A c’était bien mieux avant ». Et cependant ils savent tous que ce sont leurs enfants qui mourront, même si eux se sentent immortel(le)s. S’ils se destinent à être fleurs polymère de funérariums, grands biens leur fassent.
Nous, pouvons décider de vivre. Mieux serait un plus.
Parce qu'elle est bien dans sa peau, elle a une belle moto, il a une belle auto il a un cher ordinateur, il est bien dans sa tête, ils aiment bien la fête. Ils ont un bon boulot.
Et cela tombe bien, en France l’Ecolo c’est trois millions d’emplois cash. Pour voir taper « emplois environnement. Fr » http://www.Emploi-Environnement.com un simple clic et c’est plus sur que le loto.
Proposé par martingrall

medium_0308bavaria_500x390.jpg

Centrale solaire en Bavière. Bon ils sont un peu en avance.


De Lea Terhune

Dans son quatrième rapport d'évaluation sur les causes et les
conséquences du réchauffement de la planète, le deuxième groupe de travail
du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC)
conclut que les effets de ce réchauffement seront très importants,
notamment pour les populations les plus pauvres du monde.

« Ce sont les plus pauvres d'entre les pauvres du monde, y compris ceux qui
vivent au sein de sociétés prospères, qui seront le plus durement touchés
», a déclaré le président du GIEC, M. Rajendra Pachauri, lors d'une
conférence de presse organisée le 6 avril à Bruxelles à l'occasion de la
publication du résumé du rapport à l'intention des responsables politiques.

Le climat et l'environnement subissent déjà des changements qu'aggravent
encore les hommes par leurs activités, et les scientifiques ne doutent pas
que la montée des températures entraînera l'extinction de nombreuses
espèces.

« Pour la première fois, nous ne nous fions pas à des modèles ; il s'agit
de données empiriques, des données que nous avons pu vraiment mesurer », a
dit aux journalistes M. Martin Parry, coprésident du Groupe de travail II
du GIEC.

Les effets du réchauffement, selon le rapport, pourraient comprendre de
longues sécheresses et la désertification ; des pénuries d'eau en Afrique
et ailleurs du fait d'une pluviosité réduite et la fonte de glaciers dans
les régions montagneuses. On pourrait en outre constater une recrudescence
des maladies contagieuses due à l'augmentation du nombre des insectes qui
en sont les vecteurs et la généralisation des conditions propices à la
propagation des maladies.

Une augmentation de 1,5 à 2,5 degrés centigrades pourrait entraîner
l'extinction de 20 à 30 % des espèces végétales et animales de la planète.
La première évaluation du GIEC, qui a été rendue publique en janvier,
faisait état de la possibilité d'une augmentation de 4 degrés centigrades
de la température d'ici à la fin du siècle et les scientifiques s'accordent
à penser que les effets négatifs d'un réchauffement potentiel augmenteront
proportionnellement à l'intensité de ce réchauffement.

« Les changements climatiques représentent indubitablement des défis à
l'échelle mondiale qui, nous l'admettons, exigeront des solutions à la même
échelle », a expliqué Mme Sharon Hayes, chef de la délégation des
États-Unis au GIEC, ajoutant que toutes les régions du monde n'avaient pas
les mêmes capacités d'adaptation, un phénomène dont l'importance est l'une
des principales conclusions du rapport.

Pour M. James Connaughton, président du Conseil de la Maison-Blanche sur la
qualité de l'environnement et principal décideur de la délégation
américaine, le rapport du GIEC « souligne ce que le président dit depuis
quelque temps en ce qui concerne la gravité de cette gageure ».

Les États-Unis, a-t-il indiqué, ont adopté des normes ambitieuses et ils
sont attachés à la Convention-Cadre de l'ONU sur les changements
climatiques. « Nous montrons la voie par le biais de dizaines de
partenariats portant sur des techniques sophistiquées et (...) nous
encourageons aussi les pays en développement à adopter des stratégies
visant à rédLes changements climatiques vont avoir des conséquences à l'échelle
mondialeuire fortement leurs émissions de gaz à effet de serre »,
a-t-il déclaré.

Le monde en développement reçoit des États-Unis et d'autres pays donateurs
des milliards de dollars au titre de l'aide au développement, fonds qui
sont judicieusement répartis en fonctions de certaines priorités. Les
questions de santé et le renforcement des moyens des sociétés civiles sont
au centre des préoccupations, a indiqué M. Connaughton, qui a précisé : «
Il s'agit de former les gens pour qu'ils fassent des choix plus
intelligents en ce qui concerne l'utilisation des sols, et aussi de
moderniser les pratiques agricoles, d'accroître l'accès à l'eau potable et
d'améliorer les systèmes sanitaires. »

Le GIEC publie les résultats des recherches de milliers de scientifiques
des quatre coins du monde, notamment d'éminents chercheurs américains.

Le GIEC (http://www.ipcc.ch/languageportal/frenchportal.htm)
doit publier en mai la troisième partie de son rapport qui porte sur la
réduction des gaz à effet de serre et un résumé final en novembre.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu