Avertir le modérateur

17/04/2007

Tiens finkie's est vraiment con.

il n'est pas dans mes habitudes d'insulter les gens surtout ceux qui se placent devant les écrans médatiques, très peu serviables. Mais finkie's a fait con chez FOG ce dimanchei 15. Il a fait fort, voir très fort, joserai, si si, le complétement fort. Un con je vous dis, et encore. là tout de suite, j'ai encore un doute. Peu-être malade. Oui c'est ça malade. Donc ma mensuétude pour ce clown vient de cette phrase l, Allez je la mets en très gros,
L'ECOLE C'EST LA OU ON APPREND LES MORTS.
Bien sur c'était pour affirmer que l'islam ne faisait pas parti d'un enseignement, enfin pas tout à fait, ne devait pas être à l'école, point. Mais. Ce nabot du cerveau, enfin ce beau cerveau de malade a su, donc, a su que nos certitudes aujourd'hui seront obsolètes quelques instants plus tard. Heureusement sinon quel ennui, chez Franz Olivier Giesber. Déjà que..... mais bon. Notre philosophe français de France dans le formol, pas le fort mal, ou peut-être formalisme ou shisme. Toujours est-il, pour ce qui nous intérese ce jour, heureusement que nous ne connaissons pas not'fnkie's, Le changement climatique, nous n'avons pas d'hier. PARCE QUE RIEN N'EST ECRIT DANS LES ANCIENS SAVOIRS. Tout doit s'inventer, toujours et encore et toujours, tout doit avancer. Alors nous avons les photos satellites pour le concevoir. Bien sur il faut un peu de réthorique, de systémique, afin de faire glisser le temps , le faire dépasser ce 17 avril et organiser la suffisance alimentaire pour plusieurs siècles. Donc ll'ONU et l'USAID apportent leurs savoirs immédats pour les agriculteurs, les éleveurs, les nomades d'Afrique.
PB de connexion je reviens plus tard.
............;
Je suis revenu, je vous le laisse en vrac vous y mettrez les virgules, ça frétille dans les tuyaux.
Les É.-U. utilisent des photos satellites pour lutter contre la faim et la pauvreté
La télédétection est un outil essentiel dans les domaines de l'agriculture et de l'utilisation des sols dans le monde

De Cheryl Pellerin
N-Y- Depuis 25 ans, les satellites américains Landsat d'observation
de la Terre collectent des images de notre planète depuis l'espace, et des
scientifiques du monde entier utilisent ces données dans de nombreux
domaines, allant de l'agriculture à l'utilisation des sols en passant par
les prévisions écologiques et la gestion des catastrophes.

Le programme Landsat, géré conjointement par la NASA et le Service d'études
géologiques du ministère des affaires intérieures des États-Unis (USGS),
contribue également à aider les pays les plus pauvres à profiter de la
puissance de la technologie, notamment des techniques de télédétection,
pour tirer durablement le meilleur parti de leur environnement naturel.

Depuis les années 1980, l'Agence des États-Unis pour le développement
international (USAID) est le principal financier du programme international
du Centre de l'USGS pour l'observation des ressources terrestres et les
sciences (EROS), situé dans le Dakota du Sud. Il s'agit de financer des
projets qui utilisent des données obtenues à distance pour remédier aux
problèmes de gestion des ressources, relever les changements de la
couverture terrestre et mettre en place des systèmes d'alerte précoce aux
catastrophes dans divers pays du monde.

Alerter à la famine et aux inondations

En 1986, l'USAID a créé un Dispositif d'alerte rapide à la famine (FEWS)
afin de contribuer à prévenir la famine en Afrique subsaharienne en
fournissant aux responsables politiques des informations précises obtenues
par télédétection sur les risques de famine.

En 2000, un réseau de ces dispositifs a été créé afin de permettre aux
Africains de réagir plus efficacement aux problèmes de sécurité alimentaire
et de mieux planifier les mesures visant à réduire la vulnérabilité des
groupes les plus exposés aux famines et aux inondations. Le Centre EROS de
l'USGS, la NASA et l'Administration nationale des études océaniques et
atmosphériques (NOAA) sont les principaux partenaires de ce réseau.

En 2003, l'USAID a commencé à verser des fonds à la NASA pour l'aider à
créer SERVIR, un système de visualisation et de surveillance fondé sur le
Web et destiné à l'Amérique centrale et au Mexique. Il met à la disposition
des responsables politiques, des étudiants, des milieux d'affaires et du
public des images satellite et des informations géospatiales.

Ce système a servi à prévoir le temps, à surveiller les incendies, à
déterminer quelles étaient les populations vulnérables aux inondations et
aux glissements de terrain, à suivre les marées rouges dans les zones de
pêche, à analyser le changement climatique et à établir une carte de la
couverture terrestre.

« De la réaction aux catastrophes à la planification du développement à
long terme, ces technologies d'observation de la Terre améliorent notre
capacité de comprendre la nature intégrée du travail que nous accomplissons
dans le monde entier et, partant, renforcent notre efficacité », a déclaré
Carrie Stokes, conseillère à l'USAID.

« Nous pouvons voir plus globalement comment des projets entrepris dans
divers secteurs tels que la croissance économique, l'agriculture, la
gestion des ressources naturelles, la santé et la gouvernance peuvent être
liés et se renforcer les uns les autres. En conséquence, créer des
capacités permettant aux gens d'utiliser les technologies géospatiales pour
solutionner tout un éventail de problèmes allant de la sécurité alimentaire
à l'urbanisation en passant par la protection de la biodiversité et le
changement climatique est pour nous une priorité. »

Ce système utilise de nombreuses données obtenues par télédétection, mais
les images fournies par Landsat sont la base de la cartographie nationale
de chaque pays.

L'USAID finance également le Land Use and Land Cover Trends Program
(Programme d'analyse des tendances au niveau de l'utilisation des sols et
de la couverture terrestre) en Afrique de l'Ouest. Il s'agit d'un programme
entrepris par les scientifiques du Centre EROS de l'USGS qui coopèrent avec
14 pays partenaires de cette région afin de relever et de quantifier les
changements intervenus dans les paysages au cours des 40 dernières années.

Gray Tappan est un géographe du Centre EROS de l'USGS qui est impliqué dans
ce programme. Lors d'un entretien accordé le 11 avril à l'USINFO, il a
déclaré qu'il s'agissait là d'une véritable gageure du fait de la vaste
superficie de la zone concernée et de la difficulté d'assembler des images
provenant de sources diverses.

« Nous étudions quatre années de référence : 1965, 1975, 1985 et 2000. Nous
établissons ainsi quatre cartes différentes que nous comparons afin de
détecter les changements. Cela nous donne une image des ressources
terrestres il y a 40 ou 20 ans, ainsi que des statistiques sur les zones
forestières, marécageuses, urbaines et agricoles. »

En Afrique de l'Ouest, des scientifiques du centre EROS travaillent depuis
1988 avec des partenaires africains au Centre régional AGRHYMET
(agriculture, hydrologie et météorologie) de Niamey (Niger), afin de les
aider à se doter de capacités de télédétection.

Sur les cartes, a expliqué M. Tappan, « nous constatons l'expansion
progressive des terres agricoles au détriment des forêts et des savanes. La
végétation naturelle perd donc du terrain, ce qui est une source
d'inquiétude. Nous assistons à un changement rapide de l'environnement,
essentiellement du fait de l'activité humaine. »

L'étape suivante, a-t-il dit, consiste à « transmettre ces preuves très
frappantes à de hauts responsables politiques de chaque pays concerné et à
amorcer le dialogue. Nous pouvons également recourir à des ordinateurs pour
montrer à quoi ressembleront ces paysages en 2020 ou 2050. Ce genre de
démonstration retient généralement leur attention. »

Dans un autre projet lancé au Niger, des agriculteurs ont amélioré leurs
méthodes de défrichage, de culture, d'utilisation des sols, d'économie de
l'eau et d'agroforesterie. Cela a permis aux arbres et aux buissons de
repousser en plus grand nombre qu'auparavant et a eu un effet positif sur
des dizaines de milliers de foyers ruraux.

Ce résultat a été si incroyable que même les Nigériens étaient sceptiques,
a dit M. Tappan. Ils ont été finalement convaincus par des images obtenues
par télédétection.

Ce genre de succès peut être reproduit, grâce à des technologies comme la
télédétection, ailleurs en Afrique et dans le monde, a affirmé M. Tappan. «
Landsat, plus que tout autre satellite, nous permet d'atteindre ces
objectifs, parce qu'il a été le premier engin conçu pour nous aider à
étudier les ressources de la Terre. »

Comme d'habiture faire la part des choses.

Commentaires

actualites de niamey surhttp://niger1.com/actualitesnigerniameyagadez.html
mais auss sur http://www.niger1.com/livres.htm

Écrit par : niamey | 23/04/2007

Merci pour les liens. Il vaut toujours mieux se renseigner à la source.

Écrit par : martingrall | 04/05/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu