Avertir le modérateur

07/06/2007

Ben Nicolas devrait quand même lire

ÉDITIONS LE LIVE - Presse ce n’est pas ce que je pense mais ce qui est écrit.
Proposé par martingrall

Il est pas né en Banlieue.

medium_SGE.FHT89.140307142747.photo00.diaporama.default-337x500.jpg


Les centrales à charbon et la réduction des émissions de gaz carbonique
Travaux de recherche d'un laboratoire du ministère de l'énergie sur le
piégeage et le stockage du gaz carbonique.

De Cheryl Pellerin- N-Y - Le charbon est le principal combustible utilisé dans la
production d'électricité à travers le monde, mais sa combustion émet plus
de gaz carbonique (CO2) dans l'atmosphère par unité de chaleur que celle
d'autres combustibles fossiles, tels que le pétrole et le gaz naturel.

Afin de garantir que l'emploi du charbon cesse de contribuer aux problèmes
en matière d'environnement et de climat, des chercheurs et des ingénieurs
du ministère de l'énergie étudient divers procédés susceptibles de
permettre de réduire les émissions de gaz carbonique des installations
servant à la production d'électricité.

Un haut responsable du service de l'énergie fossile du ministère de
l'énergie, M. Thomas Shope, a déclaré à l'USINFO : « La majorité de nos
travaux portent sur les centrales parce que c'est là la possibilité la plus
grande d'obtenir les résultats les plus importants. »

Selon une étude sur l'avenir du charbon dont l'Institut de technologie du
Massachusetts (MIT) a publié les résultats en mars 2007, il existe cinq
possibilités de réduire les émissions de gaz carbonique provenant de la
combustion de combustibles fossiles :

- améliorer le rendement énergétique, notamment dans le secteur des
transports et dans celui de la production énergétique,
- augmenter le recours aux sources d'énergie renouvelables, telles que
l'énergie éolienne, l'énergie solaire et la biomasse,
- accroître la production d'électricité d'origine nucléaire,
- utiliser davantage les combustibles fossiles dont la combustion émet
moins de gaz carbonique,
- enfin, continuer d'utiliser des combustibles fossiles, en particulier le
charbon, en mettant en place des installations permettant de piéger le gaz
carbonique et de le stocker.

Les auteurs de cette étude indiquent dans leur rapport : « Nous concluons
que le piégeage du gaz carbonique et son stockage (.) constituent la
technologie essentielle qui permettrait de réduire les émissions de gaz
carbonique de façon importante tout en continuant d'utiliser le charbon
pour satisfaire les besoins pressants du monde en matière d'énergie. »

Le piégeage du gaz carbonique et son stockage.

Les procédés de piégeage et de stockage permettent de recueillir le gaz
carbonique provenant de centrales au charbon ou d'installations de
production de gaz naturel et de le stocker sous terre dans des formations
géologiques, telles que des aquifères salins ou d'anciens gisements de
pétrole et de gaz. Lors de son pompage sous terre, le gaz carbonique est
comprimé et devient un liquide qui est retenu dans les petits espaces
situés dans la roche.

Les chercheurs du Laboratoire national des technologies de l'énergie (NETL)
en Pennsylvanie, qui relève du ministère de l'énergie, effectuent des
travaux portant sur la conception d'une centrale dénommée FutureGen qui
n'émettra pas de gaz carbonique grâce aux procédés de piégeage et de
stockage et qui devrait entrer en activité en 2012.

Le directeur de ce laboratoire, M. Carl Bauer, a déclaré à une
sous-commission parlementaire, le 15 mai, que les deux grandes difficultés
en ce qui concerne la construction d'une telle centrale tenaient à la
réduction du coût du piégeage du gaz carbonique et à la garantie de
l'efficacité et de la sûreté du stockage à long terme du gaz carbonique
dans des formations géologiques.

L'objectif pour 2012 est de montrer que l'on peut mettre au point des
procédés perfectionnés de piégeage et de stockage d'au moins 90 % des
émissions de gaz carbonique des centrales à charbon sans que le coût de
production de l'électricité n'augmente de plus de 10 %.

Le stockage de gaz carbonique dans des formations géologiques, auquel le
secteur pétrolier a recours depuis plus de trente ans, fait l'objet
d'essais de grande ampleur notamment en Norvège dans la mer du Nord, au
Canada et en Algérie.

Vingt-cinq essais de moindre ampleur ont actuellement lieu dans le cadre de
7 partenariats entre les États-Unis et le Canada, sous l'égide du ministère
de l'énergie des États-Unis. Il s'agit de sélectionner les possibilités de
piégeage et de stockage les plus prometteuses et de faire des essais.

Tous ces projets et une quinzaine d'autres font partie d'un programme
international dénommé le Carbon Sequestration Leadership Forum (Forum sur
le leadership en matière de séquestration du carbone), auxquels participent
vingt et un pays, à savoir l'Afrique du Sud, l'Allemagne, l'Arabie
saoudite, l'Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la Colombie, la
Corée du Sud, le Danemark, les États-Unis, la France, l'Inde, l'Italie, le
Japon, le Mexique, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Russie et
l'Union européenne.

L'intégration des technologies

Les procédés de piégeage et de stockage du gaz carbonique ne sont pas
encore utilisés dans le cadre de la production courante d'électricité, mais
plusieurs projets sont destinés à intégrer ces procédés, notamment le
projet ZeroGen en Australie et le projet FutureGen aux États-Unis.

Le projet FutureGen, dont le budget atteint 1 milliard de dollars, vise à
construire le premier prototype de centrale équipée d'appareils de piégeage
du gaz carbonique et productrice d'hydrogène. Lorsqu'elle entrera en
activité en 2012, ce sera la centrale à combustible fossile la moins
polluante du monde.

Selon M. Shoppe, les procédés de piégeage du carbone et de son stockage
seront mis sur le marché d'ici à 2020, et le facteur principal a trait à
leur coût. Il faut se rendre compte, selon lui, qu'ils ne seront adoptés
tant aux États-Unis que dans d'autres pays que s'ils n'entraînent qu'une
hausse minime du prix de l'électricité.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu