Avertir le modérateur

18/06/2007

Esclavage, Hortefeux 2

Des ONG se consacrent à l'éradication de la traite des personnes.
proposé par martingrall

medium_girl_right2.jpg


Aux quatre coins du monde, des organisations non
gouvernementales (ONG) financées par les États-Unis oeuvrent en vue de
prévenir la traite des personnes, d'assister les victimes et d'arrêter et
poursuivre en justice les agresseurs sexuels d'enfants.

Que ce soit en Afrique, en Europe ou en Asie, diverses initiatives
sensibilisent les populations à la pratique illégale de la traite des
personnes.

Le Protocole additionnel à la Convention des Nations unies contre la
criminalité transnationale organisée visant à prévenir, supprimer et punir
le trafic des personnes précise que la traite des personnes implique le
recours à la force ou à des méthodes coercitives pour transporter des
personnes, y compris des enfants, en vue de leur exploitation à des fins
sexuelles ou de leur travail.

Prévenir le trafic des êtres humains

En Afrique occidentale, une ONG locale, le « Lutrena Project for the
Mobilization and Building Capacity of Road Haulers » a formé une alliance
avec le syndicat national des transporteurs routiers, au Burkina Faso, pour
intercepter et rapatrier les victimes de la traite des personnes.

Dans les gares routières de sept des treize régions où la traite des
enfants est courante, cette ONG a mis en place un mécanisme d'alerte qui a
permis d'intercepter 549 enfants en 2006, dont 4 filles, et de poursuivre
en justice 29 trafiquants.

Le réseau burkinabè de lutte contre la traite des personnes comprend des
représentants des syndicats de chauffeurs routiers, des forces de sécurité
et des associations de bienfaisance et religieuses qui s'efforcent de
mettre à jour des activités pouvant être liées à la traite des personnes et
les rapportent aux autorités compétentes.

Au Cambodge, le réseau « ChildSafe », créé et géré par l'ONG « Friends
International », s'efforce de réprimer le tourisme sexuel impliquant des
enfants en donnant aux chauffeurs de moto-taxi les informations leur
permettant d'identifier et de déclarer aux autorités les comportements
suspects de touristes qui pourraient s'intéresser aux enfants à des fins
sexuelles. Il a notamment formé 36 chauffeurs de moto-taxi et les employés
de 25 hôtels à l'identification et à la protection des enfants risquant de
se faire exploiter à des fins sexuelles à Sihanoukville, une ville
estivale.

Au Népal, « Shakti Samuaha » est la première ONG du monde à avoir été créée
par d'anciennes victimes de la traite des personnes et plus de 120 d'entre
elles ont assisté à la conférence qui avait été organisée en mars pour
commémorer la Journée internationale de la femme. Les participants à la
conférence ont concentré leurs travaux sur la prévention du trafic des
personnes vulnérables, notamment d'adolescentes, et sur la fourniture de
services de réinsertion à ses victimes.

Au Bangladesh, l'ONG « INCIDIN » qui se voue à la défense des droits des
enfants, ouvre pour prévenir la prostitution des jeunes garçons dans le
pays. Cette ONG veut faire la lumière sur la situation et faire en sorte
que le sujet puisse être évoqué ouvertement. Elle a ouvert un abri de nuit
pour les enfants de la rue de Dhaka et travaille avec le gouvernement du
Bangladesh pour étendre le programme à d'autres régions du pays.

Donner des ressources aux victimes

En Bosnie-Herzégovine, l'ONG « Vasa Prava » fournit une assistance
juridique gratuite aux victimes de la traite des personnes. Créée en 1996,
l'organisation a 16 bureaux permanents et 50 unités mobiles disposant d'un
personnel fort de 80 employés. Elle est venue en aide à plus de 400.000
Bosniaques. Des avocats associés à l'organisation assistent les victimes de
la traite des personnes dès leur arrivée dans un lieu de refuge et ils font
les démarches pour que les victimes étrangères puissent recevoir un permis
de résident ainsi que l'asile.

Les victimes à qui « Vasa Prava » vient en aide sont plus susceptibles
d'être des témoins à charge lors des procès de leurs trafiquants et leurs
témoignages ont conduit à l'inculpation de plusieurs trafiquants notoires
et réseaux de criminels organisés.

Au Malawi, des policiers ayant reçu une formation spéciale pour reconnaître
les victimes d'une exploitation, y compris de la traite des personnes,
ouvrent à sensibiliser la population et aident les organisations locales à
fournir des services de réinsertion aux victimes. Dans les 27
circonscriptions du pays, près de 400 officiers chargés de la protection de
l'enfance jouent un rôle essentiel en surveillant les signes d'activités
liées à la traite des personnes et c'est à ces derniers que l'on doit
l'identification de près de la moitié des affaires de trafic de personnes
au Malawi.

Sensibiliser le public

Des vedettes du foot, en Allemagne et en Afrique du Sud, braquent les feux
des projecteurs sur le sujet de la traite des personnes en lançant des
campagnes de sensibilisation.

Dans le courant de 2005, en vue de la Coupe du monde 2006 de football, le
gouvernement allemand, des organisations internationales et des ONG ont mis
en oeuvre des mesures visant la prévention et la protection de la traite des
personnes qui pourraient être un modèle efficace pour les grandes
manifestations sportives internationales à venir.

Plus d'un an avant la Coupe du monde, les services policiers allemands ont
mis au point des stratégies visant spécifiquement à empêcher le trafic de
personnes à des fins d'exploitation sexuelle à l'occasion de ces rencontres
sportives.

Les politiciens et autres personnalités publiques ont donné leur appui aux
diverses initiatives visant la lutte contre le trafic de personnes et le
gouvernement a financé le lancement par des ONG de campagnes d'informations
publiques et la mise en place de numéros de téléphone gratuits auxquels
pouvaient accéder 24 heures sur 24 les victimes de la traite des personnes
et les spectateurs de la Coupe du monde. Des affiches et des brochures ont
été placées à des endroits stratégiques où les gens regardaient la
diffusion des matchs sur de grands écrans extérieurs, une stratégie qui a
atteint un public bien plus vaste que toute autre campagne organisée
auparavant.

En 2006, durant un match amical avant un grand match de foot, les « Kaizer
Chiefs » d'Afrique du Sud ont porté des maillots où était inscrit un
message appuyant la lutte contre le trafic des personnes ainsi que le
numéro de téléphone gratuit d'une ONG. Diffusé à la télévion dans tout le
pays, le match inaugurait officiellement la campagne de sensibilisation de
l'Afrique du Sud au problème de la traite des personnes qui vise à le
rendre moins courant avant la Coupe du Monde 2010, qui aura lieu dans ce
pays.

Arrêter et poursuivre en justice les criminels

En République tchèque, une unité de police spéciale est chargée de
combattre la traite des personnes visant à exploiter leur travail. Les
policiers coordonnent leur travaux avec les inspecteurs du travail qui font
respecter les lois en matière de conditions de travail et ils donnent plus
de poids à la collaboration entre les divers organes gouvernementaux lors
d'enquêtes et de poursuites ayant trait au travail forcé.

Au Cambodge, l'ONG « Action pour les enfants » (APLE) aide la police à
arrêter les délinquants sexuels itinérants. Du fait de son action, les
autorités cambodgiennes ont arrêté 21 pédophiles et délinquants sexuels
impliquant des enfants en 2006. L'organisation APLE collabore avec la
police locale et les responsables judiciaires pour faciliter une meilleure
coordination avec les responsables policiers étrangers et fournir une
assistance juridique aux victimes.

Carolee Walker

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu