Avertir le modérateur

26/06/2007

Conflits du Darfour. Une fin Proche?

Darfour: la Chine veut s'engager, mais pas contre Khartoum

La Chine, accusée de complaisance avec le Soudan pour préserver ses intérêts pétroliers, affirme vouloir s'engager pour la paix au Darfour, mais "menacer et faire pression" sur Khartoum ne ferait que compliquer une sortie de crise, a averti un haut responsable chinois, Liu Guijin dans un entretien à l'AFP.

"Pour résoudre la question du Darfour, la communauté internationale doit s'efforcer d'envoyer un signal positif et équilibré", a déclaré M. Liu, l'envoyé spécial de Pékin au Soudan, qui participait lundi à la conférence internationale de Paris sur le Darfour.
"Il ne faut pas, pour un oui ou pour un non, menacer et faire pression sur le gouvernement du Soudan: ce serait contreproductif et ne ferait que compliquer la question encore davantage", a-t-il ajouté.


Les Etats-Unis ont récemment décidé de nouvelles sanctions économiques contre Khartoum. La Chine a, elle, toujours pris la défense du Soudan à l'ONU.
Soulignant que Pékin avait multiplié les contacts avec le pouvoir soudanais sur le Darfour, M. Liu a cité la visite à Khartoum du président chinois Hu Jintao en février qui a exprimé "son espoir de voir le gouvernement soudanais se montrer plus flexible".
"Je suis très heureux qu'à l'ordre du jour de la conférence de Paris, il y ait la reconstruction et le développement", a déclaré l'envoyé spécial, expliquant que son pays fournissait une aide pour relancer l'agriculture au Darfour.
"Il faut éviter d'arriver à une situation où on signerait un accord de paix qui ne servirait à rien parce que des combats éclateraient à nouveau pour le partage des ressources", a-t-il poursuivi.
M. Liu a affirmé que son pays faisait des efforts "pour que le gouvernement soudanais accepte, le plus rapidement possible et en termes les plus clairs", les efforts de paix de la communauté internationale.
Khartoum a finalement donné le 12 juin son accord au déploiement d'une force de paix hybride Union Africaine/ONU.
Il a confirmé que la Chine allait envoyer 275 techniciens dans le cadre de cette force.
"Je pense que le gouvernement soudanais a la volonté et veut sincèrement améliorer la situation humanitaire. Mais il rencontre de réelles difficultés dans la région car il n'y pas encore de véritable cessez-le-feu", a estimé le diplomate chinois.
M. Liu, qui s'est rendu deux fois au Soudan depuis sa nomination en mai, n'a pour l'instant pas eu de contact avec les rebelles du Darfour, mais n'a pas exclu cette éventualité pour l'avenir, même s'il a estimé que "les pays occidentaux sont mieux placés pour cela, parce que les groupes rebelles ont des représentants à Paris, Londres ou Washington".
"La Chine est fortement engagée et a la volonté de trouver une solution politique à la question du Darfour, à ce que les mesures prises soient utiles et veut oeuvrer dans ce sens avec la communauté internationale", a affirmé le diplomate.
M. Liu a défendu les activités "normales" de son pays dans le pétrole au Soudan, dont la Chine est le principal importateur, ce qui lui vaut des critiques. Il a relevé que des compagnies française et britannique (Total et White Nile UK) avaient contesté respectivement leurs droits d'exploitation dans le sud-Soudan devant la Haute Cour de Londres.
L'émisssaire chinois a enfin récusé "la politisation de la question du Darfour et le fait de lier sans arrêt cette question à celle des Jeux olympiques", qui se tiennent en Chine en 2008, comme le font "un petit nombre de médias, d'ONG et certains parlementaires", mais non, a-t-il relevé, "les gouvernements des pays occidentaux".

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu