Avertir le modérateur

02/08/2007

Les initiatives du gouvernement des É.-U. pour parer au changement climatique

Les initiatives du gouvernement des É.-U. pour parer au changement climatique.

medium_doomsday.jpg


Le 29 juillet 2007

É.-U. : besoins énergétiques, développement propre et changement climatique

Le 31 mai dernier, le président Bush a annoncé une nouvelle initiative
visant à concevoir un cadre international d'action sur la sécurité
énergétique et le changement climatique d'ici à 2008. Cette initiative
vient compléter les programmes nationaux, bilatéraux, régionaux et
internationaux déjà en place pour relever le grand défi du changement
climatique mondial et est la preuve de la ferme détermination du président
Bush de prendre des mesures contre le changement climatique dans le monde.
Les États-Unis sont en train de mettre en ouvre une politique générale qui
utilise des mesures nationales ambitieuses à court terme pour s'attaquer au
changement climatique. Ces mesures sont renforcées par nos investissements
uniques dans les domaines de la science du climat et des techniques
énergétiques propres aux États-Unis et à l'étranger.

Le moyen le plus efficace de remédier au changement climatique est un vaste
agenda de développement qui stimule la sécurité énergétique et la
croissance économique tout en encourageant la coopération internationale en
matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES),
l'amélioration de la sécurité énergétique et la réduction de la pollution
atmosphérique. Les États-Unis sont également à la tête d'un large éventail
de partenariats fondés sur des mesures bénévoles et pratiques de réduction
des GES, d'encouragement de la participation du secteur privé et
d'introduction de technologies plus propres.

Cadre de travail international sur le changement climatique pour
l'après-Kyoto : le plan présidentiel reconnaît qu'un nouveau cadre de
travail doit être conçu de façon à renforcer la sécurité énergétique et à
promouvoir la croissance économique en incluant à la fois les grands pays
industrialisés et les grands pays en développement. À l'automne, les
États-Unis vont convoquer la première d'une série de réunions des
principales puissances économiques du monde et des grands consommateurs
d'énergie afin de promouvoir un nouvel accord global sous les auspices de
la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique
(CCNUCC). Les participants ouvreront de concert à des objectifs mondiaux de
réduction des émissions qui reposeront sur des stratégies nationales et des
approches par secteur et qui constitueront des mécanismes à la fois
pratiques et souples. Cet effort fera fond sur le Partenariat
Asie-Pacifique sur le développement propre et le climat, entre autres, pour
mettre au point et commercialiser des technologies énergétiques propres.
Cette initiative renforcera en outre les travaux de la CCNUCC.

Mesures nationales à court terme - En 2002, le président s'est fixé pour
objectif la réduction de 18 % d'ici à 2012 de l'intensité en GES de
l'économie des États-Unis. Le gouvernement estime que cette mesure réduira
les émissions cumulées de GES de 1.833 millions de tonnes d'ici à 2012. De
récentes estimations montrent que ces objectifs seront probablement
dépassés. Nous disposons de tout un éventail de mesures, dont des dizaines
de programmes obligatoires, incitatifs ou bénévoles, pour atteindre nos
objectifs :

- Le programme EnergyStar a réduit les émissions de gaz carbonique de 125
millions de tonnes en 2005 ;

- Des programmes nationaux ont réduit de 11 % les émissions de méthane, qui
sont de ce fait tombées en-dessous des niveaux de 1990 ;

- La réduction de la consommation des camions légers permettra d'économiser
plus de 73 millions de tonnes de CO2 pour la durée de vie des véhicules
soumis aux nouvelles normes ;

- Le plan dit « 20 en 10 » permettra de ralentir, voire de stopper, la
croissance des émissions de CO2 provenant des voitures, des camions légers
et des 4X4 grâce à l'utilisation de carburants renouvelables.

Nos mesures sont efficaces - De 2000 à 2005, nos émissions de GES ont
augmenté de moins de 1,6 %. Selon les estimations, notre taux de croissance
économique a atteint 3,3 % en 2006, mais les émissions de CO2 ont baissé de
1,3 %.

Des investissements sans pareil dans les sciences et les techniques - Les
États-Unis sont le fer de lance de la conception de techniques de pointe
permettant de réduire, d'éviter ou de séquestrer les émissions de GES. Le
président a demandé au Congrès de lui octroyer des crédits considérables
(37 milliards de dollars depuis 2001) au titre de la science, de la
technologie, de l'observation, de l'aide internationale et de programmes
d'incitation. La majorité de ces fonds ont été répartis entre les
programmes suivants :

- Programme sur la science du changement climatique (CCSP) : créé en 2002
afin de superviser les investissements publics dans ce domaine, il permet
de coordonner et d'intégrer la recherche scientifique parrainée par 13
ministères et agences participants.

- Programme sur la technologie du changement climatique : créé pour
accélérer les découvertes technologiques ayant un pouvoir transformationnel
telles que l'énergie solaire, les biocarburants, l'hydrogène, les piles à
combustible, le charbon propre, l'énergie nucléaire et la capture du gaz
carbonique, qui nous permettent d'envisager un avenir énergétique plus
propre. Entre 2003 et 2006, nous avons investi près de 3 milliards de
dollars par an dans ces programmes.

- Le partenariat Méthane aux marchés : avec 20 partenaires et un réseau
étendu de projets, ce partenariat permettrait de récupérer chaque année
l'équivalent de 50 millions de tonnes de CO2 d'ici à 2015.

- Le Carbon Sequestration Leadearship Forum (CSLF) : le CSLF comprend 22
partenaires qui ont approuvé 17 projets de capture et de stockage du CO2 et
ont créé une « feuille de route technologique » pour la coopération
internationale en la matière.

- Le Partenariat international sur l'économie de l'hydrogène (IPHE) : ses
membres ouvrent à l'avancement de la recherche, du développement et de la
commercialisation de techniques fondées sur l'hydrogène tout en concevant
des normes communes pour l'utilisation de ce carburant.

- Le Partenariat Asie-Pacifique sur le développement propre et le climat :
une initiative présidentielle qui invite le gouvernement et le secteur
privé de six pays à accélérer l'utilisation de techniques énergétiques
propres et à revoir leurs objectifs en matière d'énergie, de développement
propre et de changement climatique. Ce partenariat a notamment connu les
succès suivants :

- Le gouvernement des États-Unis a versé 500.000 dollars à un fonds de 120
millions de dollars d'investissements visant à construire la plus grande
usine au monde de charbon alimentée au méthane. Lorsque sa construction
sera achevée, elle permettra d'éviter les émissions de l'équivalent d'un
million de voitures.

- Une société américaine fournit 40 mégawatts d'énergie propre dans la
province de Shanxi, au cour de l'industrie charbonnière de la Chine.

L'avenir - Les États-Unis sont résolus à oeuvrer, chez eux comme à
l'étranger, à la mise au point de solutions concrètes au défi à long terme
que représente le changement climatique. Les programmes mentionnés
ci-dessus ne sont que quelques exemples de nos méthodes globales et
coopératives.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu