Avertir le modérateur

22/01/2008

Droits de l'homme en chine

Les jeux Olympiques de Pékin et la situation des droits de l'homme en Chine. Evénement à la fois prometteur et dangereux pour les dissidents.


New-york - Les jeux Olympiques de 2008 à Pékin présenteront
vraisemblablement aux médias du monde l'occasion de braquer le feu de leurs
projecteurs sur la situation des droits de l'homme en Chine, ont affirmé
des responsables de diverses associations américaines de défense de ces droits.

Mme Amanda Abrams, chef de la communication au sein du groupe Freedom
House, situé à Washington, a déclaré que la mesure dans laquelle les
défenseurs des droits de l'homme pourront se servir des jeux Olympiques
pour diffuser leurs opinions « dépendra de la manière dont les autres pays
» traiteront les jeux. « Si d'autres pays s'intéressent à cette question,
on parlera beaucoup de ces dissidents » ; à l'inverse, si les États
démocratiques la négligent, les problèmes des droits de l'homme en Chine
passeront sous silence, a-t-elle dit.

Dans une tribune libre publiée le 7 janvier par le quotidien Washington
Post, une autre responsable de Freedom House, Mme Ellen Bork, a affirmé que
le président Bush avait tout intérêt à s'entretenir avec des dissidents
chinois lors de son séjour à Pékin dans le cadre des jeux.

Directrice des programmes relatifs aux droits de l'homme au sein de cette
association, Mme Bork a écrit qu'une réunion avec les dissidents à Pekin
serait, pour le président, le meilleur moyen « de s'associer lui-même, et
d'associer les États-Unis à ceux qui, en Chine, travaillent le plus dur et
prennent le plus de risques » en faveur de la liberté d'expression.

Selon l'Association mondiale des journaux, qui a son siège à Paris, on
compte actuellement au moins 30 journalistes et 50 « cyber-dissidents »
enfermés dans des prisons chinoises. Dans un communiqué diffusé le 14
janvier, elle indique avoir demandé à la Chine, dans une lettre adressée au
premier ministre Wen Jiabao, « de tenir ses obligations internationales et
de libérer tous les journalistes emprisonnés » avant l'ouverture des jeux
Olympiques en août.

Les vues des défenseurs chinois des droits de l'homme

L'un des dissidents chinois, Yang Jianli, a déclaré au Service
d'information du département d'État que les jeux Olympiques allaient «
fournir une excellente occasion d'apporter des changements positifs » à la
situation de la Chine sur le plan des droits de l'homme.

Cette situation a en fait empiré dernièrement, s'est lamenté M. Yang,
mathématicien chinois contraint à l'exil et président-fondateur de la
Fondation pour la Chine au XXIe siècle : « Nous avons constaté, à notre
grande consternation, que les autorités chinoises avaient renforcé, ces
derniers mois, les restrictions aux droits politiques » imposées au peuple
chinois et « continuaient à commettre des violations des droits de l'homme
».

Il faut que les actions entreprises en vue d'inciter les autorités
chinoises à modifier leur politique soient suivies d'effets réels « avant
qu'il soit trop tard », a déclaré M. Yang.

Commentaires de la Veille des droits de l'homme

M. Tom Malinowski, membre de Human Rights Watch (Veille des droits de
l'homme) a fait observer que les dissidents chinois tant en exil que situés
en territoire chinois pouvaient profiter des jeux Olympiques pour «
raconter leur version des faits » relatifs à la répression des droits de
l'homme dans leur pays.

« La question est de savoir si le reste du monde va les écouter », a-t-il
dit. Il faut également se demander si cette occasion qui leur est donnée
l'emporte sur le risque que les autorités chinoises n'alourdissent encore
davantage leur répression pour les empêcher de s'exprimer.

Dans une lettre adressée à la secrétaire d'État, Mme Condoleezza Rice, le
20 décembre 2007, Human Rights Watch affirme qu'une occasion se présente de
dénoncer les abus commis par la Chine en matière de droits de l'homme, « en
particulier ceux qui sont directement liés à la tenue des jeux Olympiques
». L'association épingle notamment les autorités chinoises pour leur
censure des médias, pour les expulsions en masse des Chinois de certains
quartiers où devaient se réaliser des projets d'infrastructure liés aux
jeux, et pour le recours à l'assignation à résidence en vue de réduire au
silence les défenseurs des droits de l'homme.

En septembre 2007, le président Bush avait annoncé qu'il acceptait
l'invitation de la Chine de se rendre aux jeux Olympiques de Pékin,
indiquant que les dirigeants chinois pouvaient profiter de cette occasion
pour « manifester leur engagement en faveur d'une plus grande ouverture et
d'une plus grande tolérance » au sein de la société chinoise.


Par Eric Green et Jean-Michel Vandenberge

Commentaires

La chine veut tellement monter en puissance qu'elle oublie les droits de son peuple... Que c'est dommage...

Écrit par : Anna | 22/01/2008

Anna | 22.01.2008.
Hélas pas plus qu'ailleurs! 70% des pays du globe sont des dictatures, sauf que pour la Chine nous disposons d'un moyen de pression. les échanges commerciaux. donc se sont les pays faisant commerce avec ces pays qui en définitive, ne sont pas très droits de l'homme. Et sur les 30% restant aucun ne fricote pas avec la Chine.

Écrit par : martingrall | 22/01/2008

attention à la révolution, l'ouverture de la chine au monde va finir pas ouvrir les yeux aux chinois

Écrit par : Parier | 01/02/2008

Parier | 01.02.2008. Vous retardez d'un Mao ou d'un Zoun, Il font la révolution :-))) Qui possède les états-unis, les châteaux de Bordeaux, ....

Écrit par : martingrall | 01/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu