Avertir le modérateur

08/04/2008

Encourager l'échange d'idées sur la réduction de la pauvreté.

Proposé par martingrall,

Si!!! C’est sur le site de l’UMP, et c’est le ministre du budget qui s’agenouillera devant celui qui lui apportera gratuitement et bénévolement des idées. Le rabot à cent cinquante coups ne suffisant pas. Alors bien sur cela doit s’adapter aux personnes les plus riches de France. Cette France du beurre et l’argent du beurre a tellement besoin de ses privilèges. Attention. Dans bénévole il y a vole comme tout drôle d’oiseau, mais.

Les américains eux, se coltine la pauvreté dans le monde et en particulier l’Afrique où ils organisent leurs marchés d’import-export, l’Afrique est le futur continent à deux milliards de consommateurs avides. Alors pour mâter les récalcitrants et bien mieux mater les Yankees se servent de YouTube pour inviter au partage de l'information.
Bon ça a de la gueule. En plus de devenir le bon papa youtube, distribué par le bon papa Google, organisé par le bon papa intel et les bonnes mamans et leurs confitures, microsoft, Sun-linux, Apple, et apple c’est bon pour les vitamines bonne mine. Mais, on peut tout aussi consommer du Facebook ou/et du Myspace, il n’empêche.

En un temps pas si lointain, à Paris VIII, nous avions organisé un partage de ces informations. Et pour les vingt pays francophones cela démarrait plutôt bien. Si, bien sur, la France comme à son habitude ne privilégiait pas le redevable à l’émancipation, la rétention d’information à la connaissance. Donc.

‘’Bienvenu’’ aux marchés américains.

La haute responsable de l'aide étrangère des États-Unis invite toutes les parties s'intéressant au développement international à accéder à un nouveau réseau sur Internet dit Global Development Commons en vue de partager des informations sur les façons de réduire la pauvreté dans le monde.

Dans un message vidéo affiché sur YouTube, Henrietta Fore, directrice de l'aide étrangère des États-Unis et administratrice de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a déclaré que ce « réseau commun pour le développement » offrait un moyen à tout le monde, groupements non gouvernementaux, particuliers, fonctionnaires de l'État et représentants du secteur privé, d'échanger des idées sur les façons de venir en aide aux pauvres du monde. YouTube est un site web d'hébergement de vidéos ayant son siège à San Bruno (Californie) et une filiale de Google Inc.

La vidéo a été réalisée par Mme Fore en janvier, lors du Forum économique mondial de Davos (Suisse) et elle a été présentée à Washington lors de la réunion trimestrielle du Comité consultatif sur l'aide étrangère bénévole ACVFA de l'USAID. À cette réunion, Mme Fore a vivement encouragé les personnes associées aux travaux de développement à « abattre les silos de l'information » et à partager leurs connaissances et leur expérience avec autrui.

Selon une fiche d'information de l'USAID, le site des Global Development Commons facilite la tâche aux pays en développement et à leurs ressortissants qui sont à la recherche de solutions et de ressources adaptées à leurs besoins de développement.

Le site des Commons est un espace virtuel où les fournisseurs et les bénéficiaires d'aide étrangère partagent leurs idées en temps réel. Il n'appartient pas à des entités gouvernementales, à des entreprises ni à d'autres entités, mais à ses usagers. Il fait fond sur de récents changements de l'orientation de l'aide au développement, a déclaré Steve Gale, conseiller à l'USAID pour les communications stratégiques.

Le réseau des Commons, a-t-il noté, est « une initiative audacieuse qui prend de l'ampleur ».

Dans sa vidéo affichée sur YouTube, Mme Fore donne l'exemple d'un caféiculteur péruvien qui se sert du réseau des Commons pour savoir comment il peut être plus efficace dans son exploitation et mieux commercialiser sa récolte.

Un autre exemple de la promotion du partage des connaissances de l'USAID est son site microLINKS, qui contient les informations les plus récentes sur le développement des microentreprises, les pratiques optimales, les approches efficaces des missions de l'USAID et de leurs partenaires, et une bibliothèque.

L'USAID offre également une base de données interrogeable sur les capacités commerciales qui permet d'accéder à des données sur l'évaluation et le financement des projets par pays, région, catégorie de renforcement des capacités et organisme de financement.

De même, son réseau Frame contient des informations à l'intention de la communauté environnementaliste.

À la réunion de l'ACVFA, Carol Adelman, vice-présidente du groupe et directrice du Center for Global Development à l'Institut Hudson de Washington, a encouragé tous les groupements caritatifs à se faire plus visibles au moyen de sites sociaux et de réseaux tels que Facebook et MySpace en raison de la grande popularité de ceux-ci.

Par Kathryn McConnell et Jean-Michel Vandenberge

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu