Avertir le modérateur

08/04/2008

La lutte contre l'une des pires formes de l'exploitation des enfants

Proposé par martingrall.

Ceci est une note (publicitaire) des Etats-Unis. Mais ce qui est annoncé est réellement entré dans les faits.
La question des enfants soldats a été posé à madame Rama Yade. Nous attendons et attendrons longtemps la réponse.

Des programmes de protection des enfants doivent avoir pour objet de s'attaquer aux problèmes auxquels sont en proie des millions d'enfants qui travaillent. Les plus malheureux d'entre eux sont les enfants soldats.

Selon l'Organisation internationale du travail (OIT), 218 millions d'enfants travaillent dans divers pays du monde, et, selon l'UNICEF, on compte 300.000 enfants soldats.

L'exploitation des enfants soldats est l'une des pires formes du travail des enfants, affirme la Convention internationale 182 de l'OIT, qui a été adoptée en 1999 et ratifiée par 163 pays, dont les États-Unis qui s'emploient avec vigueur à protéger et à aider ces enfants. De nombreux ministères et organismes publics américains jouent un rôle à cet égard.

C'est ainsi que le ministère du travail des États-Unis a consacré 595 millions de dollars depuis 1995 pour venir en aide à au moins 1 million d'enfants exploités.

En 2003, la ministre du travail, Mme Elaine Chao, a organisé une conférence sur les enfants soldats au cours de laquelle elle a annoncé plusieurs initiatives visant à aider ces enfants sur le terrain. Lors de cette conférence, elle a déclaré : « La question des enfants soldats comporte deux aspects : celui du désespoir et celui du salut (...) Nous ne pouvons pas rendre aux enfants soldats leur enfance, mais nous pouvons les aider à retrouver une vie normale. »

À cet égard, le ministère du travail a adopté un programme doté de 13 millions de dollars afin de contribuer à l'éducation des enfants soldats, à leur réadaptation et à leur réinsertion. Ce programme comprenait un projet d'un coût de 7 millions de dollars dont le financement est assuré dans le cadre du Programme international de l'OIT visant à mettre fin à l'exploitation des enfants et qui a pour objet l'élaboration de stratégies destinées à aider d'anciens enfants soldats en Afrique, où vivent la plupart des enfants soldats.

À l'heure actuelle, le ministère du travail finance plus de 19 projets visant à instruire les enfants et à les protéger contre toute exploitation dans des pays qui sortent d'un conflit armé. Pendant l'année budgétaire, il a financé 2 nouveaux projets destinés aux enfants touchés par la guerre, y compris les enfants soldats, en Ouganda et en République démocratique du Congo.

En organisant des campagnes de sensibilisation et en offrant un accès accru en matière d'enseignement, le projet que le ministre du travail finance en Ouganda devrait permettre de sauver plus de 11.000 enfants en butte aux pires formes d'exploitation. Il touchera aussi quelque 15.000 bénéficiaires indirects, qui iront dans des écoles spéciales ou qui seront placés dans des familles d'accueil recevant une aide destinée à leur permettre d'accroître leurs moyens d'existence.

En République démocratique du Congo, quelque 12.000 jeunes seront les bénéficiaires de programmes destinés à empêcher leur exploitation dans un pays qui se remet encore de décennies de conflit.

Les enfants soldats et la traite des personnes

Pour sa part, le département d'État considère que le recours à des enfants soldats constitue « une manifestation grave de la traite des personnes qui comprend le recrutement illégal d'enfants au moyen de la force, de la fraude ou de la coercition ».

L'Initiative présidentielle sur la traite des personnes a prévu 2,5 millions de dollars au titre de projets dans des pays sortant d'un conflit. L'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) est la plus grande source d'aide financière pour des projets organisés à l'intention des enfants soldats. De 2003 à 2006, elle a consacré à cet effet un peu moins de 1,9 million de dollars.

Du fait qu'un grand nombre de ministères et d'organismes publics ont des programmes d'aide aux enfants soldats, le département d'État a décidé de jouer le rôle de coordonnateur de ces programmes. En 2007, il a créé un site Internet sur les enfants touchés par la guerre dont l'accès est réservé au personnel des ministères et des organismes publics et qui recueille d'une multitude de sources des informations utiles pour l'élaboration de nouveaux programmes.

Selon la responsable de ce site, Mme Tu Dang, les informations portent aussi sur les enfants en situation vulnérable et sur les orphelins. « Il existe, a-t-elle dit, un grand besoin de coordination et d'échange d'informations. Il est cependant difficile de le satisfaire car les informations ne sont pas assez cohérentes. »


De Jane Morse et Jean-Michel Vandenberge

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu