Avertir le modérateur

21/09/2010

Ah ben au moins un élu qui nous informe que les journalistes disent n’importe quoi ! Pourvu que ça mousse.

 

Et moi j’ai le truc qui faut !

Mieux c’est moi qui ai le truc qui leur faut.

Encore mieux je suis le truc qu’il faut.

pr_beer_machine_f.jpg

La brasserie à domicile.

Et c’est mon nouveau poteau Cambadelis qui nous en informe. Ne lui dites surtout pas demain c’est déjà fini. Je suis politiquement volage. Je l’avoue sans honte aucune, en politique française je suis puceau, et ça m’a pris très jeune, aux alentours de seize, dix-sept ans, et jamais n’ai eu envie de con voler.

Donc mon nouveau pote Cambadélis ou, à si peu des vendanges, le Cambadélis nouveau si vous préférez, demande la transparence de la vie publique, mieux, la vérité, toute la vérité rien que la vérité. Parce que tout le monde, surtout les journalistes et journalistes bloggeurs disent et racontent n’importe quoi.

Et il a raison, si lui, numéro a un chiffre de la vie publique française ne sait rien, lui qui aligne 50 années de militantisme de gauche, sans aucune rayure, que peuvent écrire ceux qui ne savent rien?

Et Cambadélis a tout à fait raison. Lorsque l’on fait le compte de tous les journalistes autorisés à monologuer dans les émissions, toutes, et de toutes les chaînes audiovisuelles, on arrive à vingt journalistes et/ou éditorialistes en fouillant bien dans les coins, pas vingt et un, et tous se racontent ce qu’ils ignorent sur tout et rien, surtout rien.

Hier ou avant hier ou plus avant, la grande question politique de C dans l’air, émission politique de haute tenue au regard des autres, le patron de l’express, inquiet jusqu’à la calcification, se posant la question avec d’autres : Le métier de Carla bruni, chanteuse, comédienne, est-il compatible avec la fonction présidentielle ! Si si, à Breuil sur Roya, à Lezennes, à Saintris, à P..  Enfin toute la France, était suspendue à la réponse. L’épouse de Zappatero est cantatrice.

À un moment, ces vingt, il faudra bien qu’ils comprennent qu’en France faire du journalisme politique, c’est souvent se taire.

Ou alors c’est de l’émission télévisuelle d’influence et Cambadélis a triplement raison

Je reconnais il y a pire Elie Cohen parlant d’économie. Surtout depuis que Forex nous organise des cours particuliers sur le cour des devises.

03/09/2009

Un parti Pirate Français à l’assaut du Parti Socialiste et du Modem. La réponse est dans les urnes dès le 20 septembre de cette année.

 

 

timthumb.php.jpg

Il vise la députation de notre dégoûtée et déboutée et démissionnée Christine Boutin qui se retire des affaires après son citronnage sans frais du gouvernement Sarkozy.

Ce scrutin a scruter sera le premier en France pour le drapeau noir qui flotte de plus en plus sur la marmite des français tous piratés de leurs droits démocratiques.

Et tant qu’a faire, il faut mieux être représenté par un pirate, un vrai, qu’un renégat aléatoire sans foi ni loi. Et donc c’est Maxime Rouquet qui se porte au poste de candidat dans la dixième circonscription des Yvelines suivi de son suppléant Laurent Le Besnerais.

Le Programme tient dans tous bons disques durs de notre fidèle machine, malgré nos téléchargements légaux il reste toujours une petite place pour les dix petit mégas, photos incluses.

Non, je ne vous donne pas le lien, voir Google.

Bon alors juste un peu. Yvelines 2009

D’autant que la partie la plus importante de son programme est la mise à plat du système Hadopi et le programme Loppsi . En plus d’un rééquilibrage du droit d’auteur.

Mais. Mais. Mais. Mais, il y a des mais, le Parti Pirate Français ne lancera sa campagne d’adhésion en bonne et due forme qu’après les résultats du scrutin. Pour l’heure, la PPF dispose d’assez de fonds pour faire imprimer ses bulletins de vote.

 

Pour la campagne proprement faite, pas de papier sale dans la rue, pas d’affiches dégradante pour l’électeur, tout et en partie se fera sur le web par l’usage du pack « élection oueb » blogs, sites communautaires, moteurs de recherches dédiés, tracts numériques à télécharger, et surtout la profession de foi dont ne veulent plus nous informer nos représentants  élus, non y a faute, les marquis de bourre chas.

Alors Française et français, faites le test de la démocratie virtuelle. Qui comme le dit le Besnerais

, Ces élections sont les toutes premières où se présentera un parti pirate français, C'est une manière de nous présenter sur la scène

politique et cela aura valeur de test.

Bon, il leur manque beaucoup de bouteille politicienne, on ne fait pas de test mais on gagne avec de bonnes bordées bien appuyées et surtout bien alignées, la survie de la piraterie en dépend.

C’est que le PPF ci-présenté, n’est pas le seul parti pirate en France, avec sa goélette très légère armée de cinq pc pentium III et dix mac's léopards, soutenus par cinq machines tous temps xubuntu 9.04, Rémy Cérésiani, se félicite de cette candidature, qui va porter notre dynamisme bien au-delà de notre modem national et son F.A.I idoine.

Et remy d’emboîter le pas du parti pirate suédois riche de son unique député européen.

Ce faisant, faisons entendre notre décision démocratique ce 20 septembre.

Parce que. Si. Les Electeurs toutes tendances confondues, contre tous les partis politiques rivés sur leur siège, par leur vote démocratiques, tenaient enfin le moyen de désavouer la loi Hadopi ( dans sa volonté d’imposer un contrôle privé faisant force de loi) et surtout Loppsi, (dans le contrôle de l’intégralité de nos communications publiques et privées) et remettre le droit d’auteur au centre du débat, et non les royalties des éditeurs de maisons de disques, ( d'autant que plus personne ne télécharge illégalement du bruit, mais les séries télévisées amerloques en original ) ce serait pour nous, tout l’oxygène social qui souvent nous manque et qui toujours manque au député sortant de sa léthargie afin qu'il puisse lever le doigt et poser sa question.

Gageons que la publicité politique de not p'tit Nicolas saura prendre le vent de ce drapeau.

19/04/2007

S’opposer au droit d’ingérence de l’O.N.U est un crime contre l’humanité

Proposé par martingrall. S’opposer au droit d’ingérence de l’O.N.U est un crime contre l’humanité! Un crime pour vente d'âmes. Le Darfour encore et toujours. Que peut-on ajouter à cette valse hésitation ! Si ce n’est que les dirigeants de pays pauvres vendent les morts qu’ils pourront présenter comme une facture pour travail accompli. Et c’est le cas du Soudan, comme cela se pratique ailleurs pas bien loin, le Benin et d’autres plus lointain, en temps et kilomètres « Un million de dollars le Viet » Ces vieillards, ses enfants, ses mères adolescentes, ces femmes violée, niées, abattues et décortiquées, morts et mortes ont une valeur marchande bien plus juteuse que s’ils, si elles étaient vivants, vivantes. Alors. Que peut-on ajouter à notre complicité. Que peut-on ajouter aux crimes pour marchandage, pétrole contre pétrole, chiffons contre verroteries. Oui. Lorsque le génocide des populations est organisée par leur représentants politiques, pour satisfaire à l’Organisation Mondiale du commerce, s’opposer au droit d’ingérence de l’O.N.U est un crime contre l’humanité! Par l’humanité.
Alors deux textes. Un de Judy Aita sur la confiance de l’O.N.U puis un de Fisher-Thompson sur le voyage de Negroponte du département d’Etat américain.

Et que font et feront nos candidats dans ce monde ou le mort a un prix de vente?


Par Judy Aita
Ils attendent de voir ce qui va vraiment se passer sur le terrain.
Nations unies - Le Conseil de sécurité des Nations unies s'est félicité de
la décision du Soudan d'accepter l'accroissement du soutien de l'ONU aux
soldats de la paix de l'Union africaine au Darfour, mais les membres du
Conseil restent prudents jusqu'au déploiement effectif des renforts sur le
terrain.

Le représentant des États-Unis à l'ONU, Alejandro Wolff, a déclaré : « Je
détecte un sentiment de frustration au sein du Conseil, parce que chaque
fois que quelque chose semble accepté, de nouvelles conditions et des
délais sont imposés. Nous nous sommes déjà trouvés dans cette situation,
alors nous attendons de voir ce qui se passe », a-t-il déclaré aux
journalistes à l'issue d'une session spéciale consacrée au Darfour.

Le 16 avril, après avoir traîné des pieds pendant cinq mois, le Soudan a en
effet informé les Nations unies de sa décision d'accepter « l'appui lourd »
des Nations unies aux 7.000 hommes de l'Union africaine déjà déployés sur
le terrain. Cet « appui lourd » comprend 3.000 policiers et soldats de
l'ONU et six hélicoptères de combat, et constitue la première contribution
importante de l'ONU aux troupes de l'UA. Le Soudan s'était jusqu'à présent
opposé aux hélicoptères.

Cet « appui lourd » est la deuxième phase d'un plan en trois volets qui
aboutira à une force hybride ONU/UA de maintien de la paix forte de 17.000
soldats et de 3.000 policiers. Des conseillers politiques et du personnel
civil ont déjà été déployés dans le cadre de la première phase dite «
d'appui léger ».

Le 16 avril, le secrétaire d'État adjoint John Negroponte, qui était en
visite au Soudan, a déclaré que la force hybride était capitale. « Nous
devons évoluer rapidement vers une force hybride de maintien de la paix
plus importante dotée d'un commandement unique conforme aux normes et
pratiques de l'ONU », a-t-il déclaré à des journalistes à Khartoum. Il a
ajouté que le Soudan risquait de se retrouver de plus en plus isolé du
reste de la communauté internationale s'il ne mettait pas en ouvre le plan
de l'ONU.

Au siège de l'Organisation, les représentants des 15 pays membres du
Conseil de sécurité se sont entretenus avec le secrétaire général Ban
Ki-moon et de hauts responsables de l'ONU et de l'Union africaine impliqués
dans le dossier du Darfour au sujet des divers aspects du processus
politique, de la liberté d'action du personnel humanitaire et du maintien
de la paix. Le président de l'Union africaine, Alpha Oumar Konaré,
participait à ces discussions.

Ban Ki-moon a qualifié la décision soudanaise « de signe encourageant », et
ajouté que l'ONU et l'Union africaine avaient l'intention « d'agir
rapidement pour préparer le déploiement de l'appui lourd et de la force
hybride » tout en intensifiant les démarches diplomatiques visant à
faciliter les accords de paix et la protection des civils au Darfour.

« Le peuple du Darfour n'a que trop souffert. La communauté internationale
doit maintenant faire tout ce qu'elle peut. »

M. Wolff a, quant à lui, déclaré que le Conseil de sécurité et les membres
de l'Union africaine « avaient le même sentiment d'urgence et de vigilance.
Cela traîne depuis trop longtemps. »

Le calendrier d'expansion de la force de maintien de la paix au Darfour a
Darfour, les diplomates font preuve d'un optimisme prudent
en effet été retardé plusieurs fois l'année dernière. Le mandat des forces
de l'Union africaine expire « dans tout juste 75 jours », a-t-il rappelé.

Par ailleurs, les États-Unis et le Royaume-Uni sont en train de discuter
d'une résolution qui augmenterait les sanctions contre le Soudan si ce
dernier ne coopérait pas au sujet du Darfour. Aucune décision n'a encore
été prise à ce sujet du fait de la décision du Soudan d'accepter le
déploiement de la phase d'appui lourd. Une décision sera prise lorsque M.
Negroponte sera rentré de sa tournée dans la région, a précisé M. Wolff.

Alors que la violence, les assassinats et la souffrance continuent, « le
niveau de frustration monte et le niveau de tolérance pour les
atermoiements du Soudan diminue, et les gens entrevoient la nécessité de
prendre d'autres mesures », a dit M. Wolff.

Les Nations unies estiment que plus de 200.000 personnes ont été tuées et
deux millions d'autres déplacées au Darfour depuis 2003.

Puis celui de Jim Fisher-Thompson

M. Negroponte fait part des inquiétudes des É.-U. à Khartoum
N-Y - Le secrétaire d'État adjoint, M. John Negroponte, vient
d'effectuer un voyage au Soudan, au cours duquel il s'est rendu dans des
camps de réfugiés au Darfour et a fait part au président Omar el-Béchir des
grandes préoccupations des États-Unis au sujet de la persistance de la
violence dans l'ouest du pays.

Lors de ses entretiens avec M. Béchir et avec des membres du gouvernement
soudanais, M. Negroponte a déclaré : « J'ai parlé en particulier de la
situation au Darfour, à laquelle le peuple américain et notre gouvernement
accordent un très grand intérêt. »

Il a aussi indiqué qu'il avait fait part de l'engagement des États-Unis en
faveur de « l'application intégrale et urgente de l'accord de paix du
Darfour et de l'accord général de paix ».

Lors de la conférence de presse qu'il a donnée à Khartoum le 16 avril, M.
Negroponte a déclaré qu'il s'agissait de son second voyage à l'étranger
depuis sa nomination au poste de secrétaire d'État adjoint en février.
Outre le Soudan, il devait aussi se rendre au Tchad, en Libye et en
Mauritanie avant son retour à Washington le 19 avril.

Il est également allé à Juba, dans le sud du Soudan, où il s'est entretenu
avec le premier vice-président, M. Salva Kiir, qui est à la tête du
Mouvement de libération populaire du Soudan, mouvement politique du Sud qui
s'est opposé au gouvernement soudanais jusqu'à la conclusion de l'accord
général de paix en janvier 2005. Cet accord a mis fin au conflit entre le
nord et le sud du pays qui a duré près de vingt ans.

Au Darfour, M. Negroponte a abordé les questions relatives à l'aide
humanitaire et au maintien de la paix avec des représentants de l'ONU, de
l'Union africaine et du Soudan. Après avoir fait remarquer que la crise
avait trois aspects, humanitaire, politique et sécuritaire, il a déclaré :
« Tous ces aspects méritent une prompte attention de la part du
gouvernement soudanais. »

En ce qui concerne l'aide humanitaire, M. Negroponte a déclaré : « Les
États-Unis sont le pays qui apporte l'aide la plus importante au Soudan,
plus de 2 milliards de dollars depuis 2005, et nous ouvrons avec énergie
afin de protéger les réfugiés. »

La guerre civile qui a éclaté au Darfour en 2003 a causé la mort de 200.000
personnes et déplacé quelque 2 millions d'autres personnes. En mai 2006, le
gouvernement soudanais et plusieurs groupes de rebelles ont conclu l'accord
de paix du Darfour, mais la violence suscitée par les milices djandjawids
qui jouissent du soutien du gouvernement et par des groupes de rebelles
persiste.

L'accord de paix du Darfour, a dit M. Negroponte, « offre de grandes
promesses et de grandes possibilités pour le peuple soudanais. Il peut être
appliqué seulement si le gouvernement soudanais agit dans ce sens, qu'une
force de l'ONU et de l'Union africaine prend rapidement le relais et que
les agents des organismes humanitaires ont un meilleur accès à ceux qui ont
besoin d'une aide. »

Le bilan du gouvernement soudanais n'est guère encourageant à ce dernier
égard. « Le refus d'accorder des visas et le harcèlement des agents des
organismes d'aide donnent l'impression que le gouvernement soudanais
orchestre une campagne délibérée d'intimidation. »

L'accord qu'il a conclu récemment avec l'ONU en vue de faciliter les
opérations d'aide humanitaire est cependant « un signe encourageant »,
a-t-il dit en ajoutant : « Nous allons suivre la situation de près et nous
comptons sur une application rapide. »

Pour ce qui est de la sécurité, M. Negroponte a déclaré : « Le gouvernement
soudanais doit désarmer les djandjawids, les milices arabes qui, comme nous
le savons tous, ne pourraient exister sans le soutien actif du gouvernement
soudanais. Les groupes de rebelles qui n'ont pas signé l'accord de paix
doivent cesser leurs attaques, déposer les armes et participer aux
négociations. »

Il nous faut agir rapidement, a-t-il dit, pour mettre sur pied une force de
maintien de la paix mixte composée de soldats de l'Union africaine et de
l'ONU et dotée d'une seule chaîne de commande unie qui soit conforme aux
normes de l'ONU.

16/12/2006

Adapter le Corps de la paix au XXIe siècle.

Nous avons tous des fantasmes, des prémonitions, ce qui fait que nous savons !
Je sais la Guerre qui se joue entre les Etats-Unis d’Amérique et la Chine !

Ce que je reçois ce matin dans ma boîte m’indispose un peu plus !

medium_309102073_ba8d4fc539.jpg



Le Corps de la paix doit s'adapter au XXIe siècle, dit son nouveau
Directeur M. Ron Tschetter

De Jim Fisher-Thompson et John Cox
Washington - Le temps passe rapidement, a dit le nouveau directeur du Corps de la paix, M. Ron Tschetter, alors qu'il songeait récemment aux quarante années qui s'étaient écoulées entre la période où il avait été volontaire en Inde et sa nomination par le président Bush, en septembre, à la tête de cet organisme qui compte quelque 7.700 volontaires.

Pendant ces quarante années, M. Tschetter s'est servi des compétences en matière de gestion et de relations interpersonnelles qu'il avait acquises en sa qualité de volontaire en Inde pour poursuivre une carrière dans le secteur financier, dont le couronnement a été sa nomination au poste de président de la société D.A. Davidson & Co., l'un des établissements financiers les plus importants du pays.

Maintenant, a-t-il dit, sa tâche principale est de mieux adapter le Corps de la paix au XXIe siècle.

La maxime du Corps de la paix selon laquelle les volontaires en retirent plus qu'ils ne donnent est toujours vraie, a dit M. Tschetter à son retour, en novembre, de sa première visite officielle au Maroc et en Jordanie. Le but du partenariat avec la population locale, à savoir créer des sociétés plus prospères et plus démocratiques, qui a inspiré 187.000 hommes et femmes à se porter volontaires après que le président John Kennedy eut créé le Corps de la paix, reste « exactement le même ».

Alors qu'il était volontaire en Inde, son épouse et lui ont travaillé comme agents sanitaires à Bori, une petite ville du pays, de 1966 à 1968. « Nous avons aidé à lutter contre la variole chez les nomades de l'État du Maharashtra avec Lillian Carter, que nous avons bien connue. »

Mère de l'ancien président Jimmy Carter, Lillian Carter s'est portée volontaire alors qu'elle avait plus de soixante-dix ans. Elle était infirmière de formation, et « tout le monde l'adorait pour sa simplicité et pour sa bienveillance », a-t-il dit.

Le nouveau directeur du Corps de la paix est toujours aussi passionné au sujet de la mission de ce service qu'il l'était dans les années 1960, mais il cherche maintenant à aider cet organisme à s'adapter aux nouvelles conditions dans le monde

Le recours aux compétences d'Américains plus âgés

En premier, M. Tschetter souhaite faire appel à un plus grand nombre de ceux que l'on appelle les « baby boomers » (les personnes nées entre 1945 et 1960) pour tirer parti de leurs compétences et de leur expérience. « Quelque 75 millions de personnes rentrent dans cette catégorie, et un grand nombre d'entre elles ont voyagé à l'étranger et connaissent d'autres cultures. Un grand nombre jouissent d'une bonne santé et d'une bonne retraite. Elles représentent une source inexploitée de personnes désireuses
de servir. »

À titre d'exemple, il a cité un programme du Corps de la paix au Mexique où 40 volontaires, dont de nombreux ingénieurs, participent à des projets qui ont trait à l'environnement. Leur moyenne d'âge est de 47 ans, le plus âgé ayant 78 ans, alors que celle des autres volontaires est de 27 ans. À l'heure actuelle, a-t-il dit, « plus de 5 % de nos volontaires ont plus de 50 ans ».

M. Tschetter a indiqué que son prochain voyage aurait lieu à la mi-décembre au Mexique, où il devait recevoir la prestation de serment du dernier groupe de volontaires dans ce pays.

En réponse à des questions sur l'utilité de son expérience dans le secteur financier pour son nouveau poste, il a déclaré : « Je pense qu'en ma qualité d'ancien dirigeant d'entreprises comptant des actionnaires et de nombreux salariés, j'ai conscience de la nécessité pour le Corps de la paix de rendre des comptes et d'obtenir des résultats mesurables. »

Cet organisme atteint déjà cet objectif, en particulier dans ses programmes de lutte contre le sida, auxquels 2.880 volontaires consacrent leur temps et leur énergie. « Nous avons déjà créé 85.000 centres de formation sur le sida qui touchent 1 million de personnes et dont les résultats sont quantifiables », a-t-il dit.

L'accroissement des volontaires dans les pays musulmans.

Le nouveau directeur a fait part de son intention de continuer d'accroître le nombre des volontaires dans les pays musulmans. « Nous sommes présents à l'heure actuelle dans 14 pays dont au moins 40 % des habitants sont musulmans et nous comptons augmenter le nombre de ces pays. Plusieurs pays comptant de nombreux musulmans nous l'ont demandé et nous sommes favorables à de telles demandes. »

Le Maroc, où il s'est rendu récemment, est un exemple d'un partenariat de longue durée et très fructueux. « Nous y sommes présents depuis 43 ans, et nos volontaires, qui travaillent en qualité d'enseignants, de conseillers en matière de création de petites entreprises et de spécialistes de l'environnement, créent des relations très importantes et durables avec la population locale. »

Quant à la Jordanie, le Corps de la paix y envoie des volontaires depuis 10 ans, et un grand nombre des 53 volontaires qui y sont actuellement participent à des projets portant sur les enfants qui ont des besoins spéciaux. Lors de sa visite, M. Tschetter a eu une entrevue avec le roi et la reine qui lui ont fait part de leur souhait de voir son organisme accroître ses programmes dans leur pays.

Par ailleurs, M. Tschetter a indiqué que le Corps de la paix allait envoyer des volontaires au Cambodge, en février 2007, ainsi qu'en Éthiopie, où il avait eu un grand contingent de volontaires avant que la guerre civile ne l'oblige à les retirer. À l'heure actuelle, c'est l'Ukraine qui compte le plus grand nombre de volontaires du Corps de la paix (350).

« C'est un organisme remarquable. Je suis fortement impressionné par le dévouement et la passion de ses volontaires. C'est un grand honneur pour moi d'être son dix-septième directeur », a-t-il dit en conclusion.

30/11/2006

Le sida n'est pas la fin du monde

Ce texte est diffusé par le département d'état des Etats Unis d'Amérique.

Il me laisse rêveur pour ce qu'il représente de mansuétude de ce pays envers les états pauvres.
Ce texte est simplement criminel. La Tri thérapie ne guérie pas, et ne guérira jamais.
Simplement un peu moins de souffrance et un peu plus de rémission.
A quelque jour de la journée HIV !!! martingrall.

medium_309102071_dc12627240.jpg


Département d'état, service d'information.

Un centre de soins montre que le sida n'est pas la fin du monde

Philani Mono, un Sud-Africain, a fait directement l'expérience des services offerts par le Plan d'aide d'urgence à la lutte contre le sida (PEPFAR). Il a récemment raconté son histoire à un membre du personnel de l'ambassade des États-Unis à Johannesburg.

« Je suis un patient de l'Aurum Care Centre, à Johannesburg, en Afrique du Sud, qui est financé par le PEPFAR. J'ai été transféré de l'hospice de Soweto au Centre Aurum en juin 2004. J'étais très malade et j'avais renoncé à la vie. J'ai perdu ma femme en 2003 et ai dû laisser ma petite fille de dix ans aux soins de ma tante. La mort me semblait réelle. Je souffrais de tuberculose, de neuropathie et d'anorexie. La neuropathie m'avait fait perdre toute sensation dans les jambes, et je devais utiliser une chaise roulante.

« Aujourd'hui, deux ans plus tard, je profite de nouveau de la vie. Grâce à la thérapie antirétrovirale, ma santé s'est améliorée. Grâce à une bourse d'invalidité, je peux maintenant aider ma fille financièrement. J'ai aussi suivi un cours d'informatique. Je suis en train d'étudier les bases du conseil psychologique et de l'administration des tests de dépistage afin de pouvoir aider d'autres Sud-Africains séropositifs.

« Même si j'ai toujours besoin d'une chaise roulante, je suis reconnaissant d'avoir la chance de vivre et de voir ma fille grandir. J'ai hâte de partager mon expérience en conseillant d'autres patients admis au Centre. Le mot « Aurum » signifie « or ». La vie est précieuse. La question est de savoir ce que l'on fait de ce don.

« Mon ami Alex a été admis au Centre à l'âge de 26 ans. Il a vécu dans la rue depuis l'enfance. Son système immunitaire était affaibli par le VIH. Le taux de CD4 dans le système immunitaire se situe normalement entre 800 et 1000. Celui d'Alex était bien en-deçà. Il était amaigri, confus et souffrait d'hallucinations. Il a commencé un traitement contre la tuberculose. Pendant des semaines après son admission, il a passé son temps à dormir. Il ne s'éveillait qu'au son de la cloche annonçant les repas.

« Nous pensions tous qu'Alex était trop faible pour se remettre, mais il n'a pas renoncé à la vie. Après deux mois de traitement contre la tuberculose, il a commencé la thérapie antirétrovirale. Sa condition s'est radicalement améliorée. Aujourd'hui, Alex est réuni avec sa famille.

« Lucky, un autre ami, était représentant commercial avant d'être infecté. Il était si fragile qu'il est arrivé au Centre en boitant. Il souffrait tant qu'il voulait mourir. Le personnel voulait qu'il vive et a prié avec lui chaque jour.

« Sa foi s'est affermie avec les soins attentifs qu'il a reçus au Centre. Grâce à la thérapie antirétrovirale, sa souffrance a diminué. Il a peu à peu recommencé à marcher et, aujourd'hui, il peut faire à pied le chemin entre sa maison et le Centre. Il est en train d'étudier pour être pasteur et devrait bientôt obtenir son diplôme. Il raconte à tout le monde qu'il avait tout, mais qu'il a failli perdre la vie à cause d'une seule erreur. Il apprécie le don précieux de la vie.

« Ces histoires décrivent trois d'entre nous. Malheureusement, nous avons perdu des amis à cause du sida, mais notre philosophie est de ne jamais renoncer. Luttez avec toutes les forces de votre corps et de votre esprit.

« J'exprime mes sincères remerciements et mon entier dévouement à tout le personnel de l'Aurum Care Centre, à nos donateurs, et notamment au PEPFAR, aux visiteurs et aux familles. À Dieu tout puissant, je promets de demeurer humble devant son amour et la seconde chance qui m'est donnée de vivre une vie meilleure. À ceux qui ne sont pas certains de leur statut, j'espère que ma lettre vous donnera le courage de vous faire tester. Nous serons là pour vous. Tout ce que vous avez à faire, c'est de franchir ce premier pas. Souvenez-vous, le sida n'est pas la fin du monde ! »

medium_299653248_d4bbd2615f_m.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu