Avertir le modérateur

29/11/2008

Mieux vaut faire confiance au bon dieu qu’à ces seins.

Pro(po)sé par martingrall. Mais avec

25621_4.jpg


Blancs les seings bien sur. Petits chenapans. D’Autant que le bon dieu pour l’heure est noir. Et il ne chasse pas les marchands du temple. Il fait dans l’économie spéculative et s’appelle Obama.
Et à l’heure ou not Président Nicolas s’essaie à la tour d’ivoire unipersonnelle, mieux vaut lire l’original.

Donc, M. Barack Obama créé un comité consultatif sur l'économie, composé de messieurs Paul Volcker et Austan Goolsbee. Ils dirigeront ce groupe d'étude de la politique financière du gouvernement Obama. Youpi ou pas. Mr Obama est patriote c’est à dire tout pour lui, l’Amérique, et le reste, on verra.

La détermination du président élu, M. Barack Obama, à appliquer de nouvelles idées et des perspectives novatrices à la solution de la crise économique aux États-Unis s'est concrétisée par la création du « comité consultatif du président sur la relance économique » qui analysera la politique économique fédérale d'un œil détaché et prodiguera ses conseils d'expert au président sans pour autant faire partie de son gouvernement.

S'adressant le 26 novembre à la presse réunie à Chicago, M. Obama a indiqué que ce comité serait dirigé par l'ancien président de la Réserve fédérale Paul Volcker avec l'assistance du professeur de l'université de Chicago Austan Goolsbee en tant qu'économiste principal et chef du personnel.

M. Obama a expliqué la création de ce comité par le fait que, selon lui, l'élaboration de la politique économique à Washington était devenue trop isolée du monde réel : « Le cloisonnement des salles de discussion peut parfois écarter les idées nouvelles et les voix de l'innovation. À ce moment-là on s'isole dans une « tour d'ivoire collective » : ceux qui travaillent dans les bureaux de Washington n'ont pas toujours la notion de ce qui se passe à l'extérieur, ne savent pas distinguer les programmes et les mesures qui marchent pour les particuliers et les entreprises, de ceux qui ne marchent pas. »

M. Obama informe que Paul Volcker, Austan Goolsbee et leurs collaborateurs (non encore désignés) proviendraient des milieux des affaires, du travail, des universités et d'autres milieux, et exprimeraient de manière « franche et nette » leur avis sur la politique économique de son gouvernement. Ils vont rendre compte régulièrement à M. Obama, au vice-président élu Joseph Biden et aux autres hauts membres de la nouvelle équipe « afin d'introduire un peu de contestation dans certaines de nos hypothèses, de s'assurer que nous ne ressassons pas toujours les mêmes idées », a souligné le président élu.

M. Volcker a un long palmarès en matière de service aux États-Unis. Il était déjà président de la Réserve fédérale au sein des gouvernements Carter et Reagan pendant les années 1970-1980. M. Obama sera le sixième président pour lequel M. Volcker aura travaillé. Conseiller économique du président élu pendant sa campagne électorale, M. Volcker est actuellement membre de son comité consultatif économique de transition.

« Paul est resté à mes côtés tout au long de ma campagne, déployant une vaste connaissance des marchés financiers, une longue expérience de gestion des crises économiques et une vue pénétrante de la nature mondiale de cette crise en particulier », a déclaré M. Obama. « Il n'hésite pas à s'exprimer franchement. Il me paraît avoir des opinions bien arrêtées (...) et son service à la nation est long et distingué. »

M. Goolsbee est un conseiller économique de M. Obama depuis la campagne sénatoriale de ce dernier dans l'Illinois en 2004. Professeur d'économie à l'université de Chicago, il est l'auteur de commentaires publiés dans le New York Times.

« Austan est l'un des cerveaux économiques les plus avancés de notre pays ; on lui reconnaît ses travaux très originaux en matière de politique fiscale et d'organisation industrielle. Il est l'un des théoriciens économiques qui m'ont le plus influencé dans ce domaine. »

Par ailleurs, interrogé au sujet de la composition de son cabinet, le président élu a déclaré qu'il visait à combiner « l'expérience et des idées neuves » dans sa sélection des membres de son équipe de ministres et de proches conseillers. Selon lui, beaucoup d'Américains seraient inquiets si, à une période aussi critique de l'économie américaine, il ne rappelait pas auprès de lui des responsables du gouvernement Clinton qui ont l'expérience du gouvernement fédéral : « Il nous faut des gens prêts à démarrer dès le jour de l'investiture. »

M. Obama a ajouté que la « vision de changement » qui doit guider la ligne d'action de son gouvernement « viendra essentiellement, et tout d'abord, de moi ».

« Mon travail consiste à insuffler une vision de la route que nous allons suivre et à m'assurer que toute mon équipe la suit », a dit le président élu. Le nouveau comité consultatif économique « offrira « une diversité d'opinions qui de certaines manières renforceront l'orthodoxie et de certains autres s'en écarteront sensiblement. »

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu